F1 - Magnussen est « loin » de ses objectifs

F1 - Magnussen : « C’est loin de ce que j’imaginais »

Kevin Magnussen a appris à se satisfaire d'une septième place, souvent le meilleur résultat possible pour Haas. C'est pour cela qu'il est agressif en piste.

Un pilote peut-il se satisfaire d'une septième place ? Ces dernières saisons, un tel résultat est souvent le meilleur possible pour un pilote d'une équipe en milieu de grille, puisque les trois top teams monopolisent les six premières positions. Les pilotes de F1 sont tous habitués au succès dans leur carrière, mais une fois au plus au sommet, ils doivent apprendre à se contenter de résultats plus modestes. Kevin Magnussen a découvert cet aspect ces dernières années.

« Quand j'étais petit, si on m'avait dit "Kevin, un jour tu sera content d'une septième place, je me serais tué !" » ironise le Danois, interrogé par ESPN. « Mais c'est la situation. »

« La Formule 1 est comme ça, si on n'est pas dans l'un des trois top teams, on peut oublier les podiums et les victoires. C'est un peu triste. Nous prenons du plaisir dans les courses où nous sentons que nous faisons de notre mieux. J'espère qu'un jour nous pourrons faire un peu plus la tête et décrocher un podium ou une victoire, qui sait. »

Magnussen n'avait pas anticipé cette situation avant de rejoindre la F1 : « C'est loin de ce que j'imaginais... La mentalité que j'ai maintenant est très loin de tout ce que j'imaginais. Cette partie craint vraiment, ce n'est pas fun du tout. Ca reste la Formule 1 et on prend quand même du plaisir, mais j'espère que ce la changera un jour. »

Magnussen a dû devenir plus agressif

Kevin Magnussen estime que c'est cet écart entre les top teams et le reste de la grille qui l'a rendu agressif en piste. Cette agressivité n'est pas dans sa nature.

« J'essaie de faire au mieux dans la situation dans laquelle je suis, » justifie Magnussen. « Quand on se bat vers le top 10, parfois on n'a rien à perdre. Si on se bat pour le championnat, si on roule pour Mercedes, Ferrari ou Red Bull, on a la garantie d'être dans le top six. On va forcément marquer des points donc on peut préférer finir sixième que tout risquer pour finir cinquième. »

« En milieu de classement, si on est 10ème et qu'on se fait dépasser, on est de toute façon piégé, et cela oblige à prendre beaucoup plus de risques. Je piloterais vraiment différemment si je me battais pour le championnat. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)1

dimanche 03 février 2019 à 06:16 jacky Chan dit : "au plus au sommet" sans commentaire...