Honda : la NSX a 30 ans !

VIDEO. Honda fête les 30 ans de la NSX, l'occasion de retracer l'histoire de sa sportive.

La Honda NSX fête son 30ème anniversaire. Le concept-car NS-X (New Sports eXperimental) fut présenté le 9 février 1989 au salon de Chicago sous la toute jeune marque haut de gamme de Honda dédiée à l'Amérique du Nord : Acura. Avec cette première sportive à moteur central-arrière, résolument moderne, Honda voulait capitaliser sur ses succès en F1.

Cinq ans plus tôt, la firme avait commencé à explorer cette voie avec Pininfarina et le concept HP-X. Entre-temps, Honda avait testé un prototype à moteur central-arrière sur base de citadine City (Jazz chez nous). Dessinée par Ken Okuyama, la NS-X de 1989 était équipée du premier châssis monocoque en aluminium dédié à une voiture de série et animée par le V6 à simple arbre à cames de la Honda Legend, installé en position transversale.

Senna en renfort

Pour une question de puissance comme de sonorité, Tadashi Kume, alors président de Honda, pressa ses ingénieurs pour que ceux-ci conçoivent un moteur plus performant que celui du concept NS-X : un V6 à double arbre à cames en tête équipé de la distribution variable VTEC initialement conçue pour des blocs quatre-cylindres. Les équipes s'exécutèrent, ce qui obligea les designers à revoir la longueur du véhicule (empattement et porte-à-faux) légèrement à la hausse.

Puis vinrent les tests sur circuit. Honda fit appel à Ayrton Senna pour essayer le coupé à Suzuka. Sur les conseils du champion brésilien, le constructeur travailla à augmenter la rigidité de l'auto de 50%. Cette dernière fut mise à l'épreuve sur le Nürburgring. Conservant à un tiret près le nom du concept-car, ce qui n'était pas prévu au départ, la Honda NSX de série fut commercialisée en septembre 1990.

Supercar de tous les jours

En France, le moteur de la Honda NSX développait au départ 274ch pour 3L de cylindrée. Malgré sa puissance relativement faible par rapport à la concurrence, la NSX parvenait à se montrer tout aussi performante grâce à sa légèreté et son équilibre. Sa facilité d'utilisation fut également saluée. Jon Ikeda, directeur général d'Acura, raconte : "Avant la NSX, il était toujours admis que des performances de supercar nécessitaient de sacrifier le confort intérieur et la conduite de tous les jours. La NSX a fait voler ces notions en éclat, et a placé la barre plus haut pour tous les autres constructeurs de voitures de sport et supercars, avec des effets qui se ressentent encore aujourd'hui."

Bien que la NSX ait toujours souffert d'un manque d'image certain par rapport à Porsche, Ferrari et consorts, particulièrement en Europe où son prix était élevé, elle poursuivit sa carrière sur certains marchés jusqu'en 2005 avec plusieurs versions (Targa, Type R...).

Un retour attendu

Comme pour la Toyota Supra, autre icone japonaise s'il en est, le retour de la Honda NSX fut long et laborieux. Un projet avorté donna toutefois naissance à la HSV de course en 2010. Puis en 2012, Acura présenta la NSX Concept, dotée d'un V6 atmosphérique central-arrière transversal comme sa devancière.

Une fois de plus, décision fut prise en cours de développement de changer de mécanique pour faire de la voiture une vitrine technologique, avec là encore des dimensions à revoir à la hausse. Présentée début 2015 et commercialisée l'année suivante, la seconde et actuelle Honda NSX est hybride, animée par un V6 3,5L biturbo longitudinal central-arrière secondé par trois moteurs électriques pour une puissance combinée de 581ch, avec une transmission intégrale et une certaine polyvalence toujours revendiquée par le constructeur. Sa carrière commerciale reste toutefois relativement discrète. Les deux générations se retrouvent en vidéo.

Photo de Maxime K

posté par :
Maxime K

Réagissez

Commentaire(s)2

vendredi 08 février 2019 à 22:21 stephane 17 dit : une des voitures les plus abouti de ces 30 dernières années. super auto, belle, homogène, fiable (c est une honda...normal), et la nouvelle est de la même veine...dommage qu elle soit lourde (1700kg)...mais quelle classe et sacrée prouesse technologique. rares sont les sportives à être aussi polyvalentes dans cette catégorie.

vendredi 08 février 2019 à 18:34 garcia72 dit : A l'époque, à sport-Auto, on diqiat "le concurrence ( F & P... ) n'a qu'à bien se tenir"... Je n'aimais pas l'arrière et son aileron ; l'actuelle est jugée "trop lourde" sur le même mensuel ; quand Honda brillera en F1, ils nous "pondront" peut-être une MdLaren-bis ?!...