Publié le 25/02/2019 à 12:00

Bugatti : une "nouvelle Atlantic" se précise

Bugatti : un modèle inspiré par la Type 57 SC Atlantic se précise

Un message publié par Bugatti semble confirmer l'arrivée d'un modèle inspiré par l'Atlantic.

La diffusion par Bugatti de plusieurs courtes vidéos dédiées à la Type 57 SC Atlantic de la fin des années 1930 ces derniers jours nous laissait à penser que le constructeur préparait une surprise, possiblement un nouveau modèle inspiré par l'une des autos les plus fameuses de son histoire. Cela se précise avec la dernière publication de la marque sur les réseaux sociaux.

Les rétrospectives dédiées à l'Atlantic nous rappelaient que seuls quatre exemplaires avaient été produits. Le second d'entre eux (numéro de châssis 57453), fabriqué pour Jean Bugatti qui interdisait à quiconque d'en prendre le volant, a disparu de la circulation à l'aube de la seconde guerre mondiale et sa trace a été perdue depuis. Selon Bugatti, les experts estimeraient sa valeur à plus de 100 millions d'euros si elle était retrouvée. Et voilà que la firme de Molsheim demande aux internautes : "La Bugatti 57 SC de Jean Bugatti ne peut pas être recréée, mais que pensez-vous ? Pouvons-nous traduire son langage esthétique pour le 21ème siècle ?"

Pluie d'indices

Selon d'insistantes rumeurs, Bugatti se préparerait à dévoiler au salon de Genève 2019 un modèle unique d'une valeur de 16 millions d'euros qui aurait été réalisé pour Ferdinand Piëch, l'ancien grand patron du groupe Volkswagen.

Depuis la présentation de la Divo, Bugatti revendique de développer de nouveau des autos aux styles variés sur une plateforme commune, en l'occurrence celle de la Chiron, à l'image du travail de carrosserie si répandu durant la première moitié du 20ème siècle. Et ces derniers jours, le constructeur a également rappelé que la Type 57 avait été pensée ainsi. Outre l'Atlantic, celle-ci a ainsi été déclinée en deux autres coupés (Ventoux et Atalante) ainsi qu'en berline (Galibier) au cours d'une production qui a duré de 1934 à 1940. Les pièces du puzzle s'emboîtent.

Photo de Maxime K

posté par :
Maxime K

Réagissez

Commentaire(s)1

lundi 25 février 2019 à 12:14 garcia72 dit : Jusqu'ici, les productions Bugatti by VW Group ne m'ont guère emballé... comme esthète (je n'aurai jamais les moyens de m'offrir... un boulon, contrairement aux années 1900). La mentalité germanique s'appliquant à une marque française (ou italienne) n'est pas subtile : trop lourd, tape-à-l'oeil. Personne ne voudra d'une "Atalante bis" (dans la lignée des Veyron-Divo and co (en tout cas, pas moi, même nabab)... (J'aimerais bien que mes posts paraissent svp !... )