F1 - Comprendre 2019 : Les pénalités moteur

F1 - Comprendre 2019 : Les quotas de moteurs et les pénalités

Sport Auto passe en revue les changements pour la saison 2019. Les pénalités moteur sont légèrement simplifiées cette année.

Depuis le lancement des groupes propulseurs en 2014, les éléments qui le composent sont limités en nombre et tout dépassement du quota entraîne une pénalité sur la grille. Le principe de ces pénalités a été légèrement simplifié cette année, pour simplifier la compréhension du public et éviter des effets néfastes de l'ancien règlement.

Le groupe propulseur reste composé de six éléments, le moteur, le turbo, le MGU-H, qui récupère l'énergie générée par la chaleur de la turbine du turbo, le MGU-K, qui récupère l'énergie générée au freinage, la batterie, qui stocke l'énergie produite par le MGU-H et le MGU-K, et le système électronique.

Depuis 2018, le moteur, le turbo et le MGU-H sont limités à trois exemplaires pour la saison, et le MGU-K, la batterie et le système électronique à deux exemplaires.

Comment les pénalités sont appliquées

Le principe d'application des pénalités a été revu en 2018 et ce concept reste cette année. Quand une équipe dépasse le quota pour un élément, la pénalité est de 10 places. Si elle dépasse à nouveau le quota pour ce même élément, la pénalité est de cinq places. Concrètement, cela signifie qu'un quatrième moteur entraîne une pénalité de 10 places, mais que chaque moteur supplémentaire n'entraîne qu'une pénalité de cinq places.

Avant 2018, le principe prévoyait une pénalité de 10 places pour un élément dans un quatrième exemplaire, et de cinq places pour un autre élément dans un quatrième exemplaire. Un quatrième moteur aurait donc entraîné une pénalité de 10 places et un quatrième turbo une pénalité de cinq places. Depuis 2018, le quatrième moteur provoque une pénalité de 10 places et le quatrième turbo aussi. Ce principe a été instauré parce que le quota d'éléments du groupe propulseurs n'est plus le même pour chaque élément.

Afin de rendre les grilles plus simples à définir, un pilote qui obtient 15 places de pénalité liées à des changements de pièces sur le moteur est automatiquement envoyé en fin de grille. Depuis l'an dernier, il n'y a donc plus de calcul à faire pour définir les positions sur la grille.

Ce qui change en 2019

En 2018, quand plusieurs pilotes étaient envoyés en fin de grille pour avoir dépassé le quota d'éléments du groupe propulseur, ils s'élançaient dans l'ordre dans lequel les pénalités étaient appliquées, c'est à dire dans l'ordre dans lequel ces pilotes avaient pris la piste avec les pièces au dessus du quota. Le vendredi matin, il pouvait donc y avoir plusieurs pilotes qui attendaient à la sortie des stands avant la première séance, puisque le premier en piste allait être le mieux placé sur la grille. En plus de cette situation ubuesque, ces pilotes pouvaient renoncer à rouler en Q2, puisque cela n'avait aucune influence sur la position sur la grille.

Désormais, si plusieurs pilotes sont pénalisés d'au moins 15 places, et donc automatiquement envoyés en fin de grille, l'ordre dans lequel ils s'élanceront sera défini par le classement des qualifications. Ils seront donc incités à rouler en qualifications.

A noter que d'autres pénalités sont possibles, et n'entrent pas dans ces calculs. Les boîtes de vitesses doivent disputer six courses, sans compter le vendredi, où des boîtes différentes peuvent être utilisées. Tout changement anticipé entraîne une pénalité de cinq places, sauf après un abandon. Par ailleurs, un pilote qui reçoit trois réprimandes dans la saison est pénalisé de 10 places sur la grille. Les commissaires peuvent aussi pénaliser un pilote de trois, cinq ou 10 places après une infraction en piste.

- Comprendre 2019 : Les changements aéro
- Comprendre 2019 : Les pneus

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)3

mercredi 06 mars 2019 à 17:02 samousse99 dit : ça c'est dommage ça gâche le Grand prix les règles à la con pareil .

mercredi 06 mars 2019 à 13:04 a:tipik dit : Règlement toujours aussi embrouillé je ne suis pas sûr qu'on s'y retrouve en cours de saison sans compter que ces règles masquent le problème de fond en effet les constructeurs fabriquent des dizaines d'exemplaires en interne pour optimiser les trois qui feront la saison.

mercredi 06 mars 2019 à 12:49 legars dit : Ca ressemble à un jeu du pays de Galles dont les règles seraient expliquées par Perceval.

poool/views/script not found