Publié le 11/03/2019 à 16:14

F1 - Ricciardo a mal vécu l'accrochage de Bakou

F1 - L'accrochage de Bakou a joué dans le départ de Daniel Ricciardo de Red Bull

La façon dont Red Bull a géré l'accrochage de Bakou a joué dans la décision de Daniel Ricciardo de partir chez Renault.

Daniel Ricciardo a surpris en quittant Red Bull pour Renault l'an dernier. L'Australien a évoqué plusieurs raisons, la première étant la volonté d'un nouveau défi, mais il doutait aussi des performances du moteur Honda.

Le documentaire de Netflix sur la F1 montre aussi que Daniel Ricciardo craignait de ne pas être aussi bien traité que Max Verstappen, lié à l'équipe jusqu'en 2020 avec un contrat lucratif. L'accident de Bakou a illustré cette possible différence de traitement.

Ricciardo a percuté Verstappen et l'équipe a jugé les deux pilotes responsables. Ricciardo s'est étonné de ce choix, puisqu'il estime qu'il n'avait rien à se reprocher dans l'incident.

- Bakou 2018 : Ricciardo était furieux contre Red Bull

« J'ai eu du mal à accepter ça, toute la course et ce qui a suivi, » a déclaré Ricciardo au Sydney Morning Herald. « Cela a joué un rôle dans ma décision. Je n'ai jamais retrouvé la même impression après. Dès que je l'ai percuté, je me suis dit "Vous le méritiez, c'était bordélique". »

« Si les rôles avaient été inversés, si j'avais été devant, que j'avais bougé deux fois dans la zone de freinage et qu'il m'avait percuté, les choses auraient-elles été gérées de la même façon ? Je me suis posé la question. »

« L'équipe a traité cette situation en disant que les torts étaient partagés, alors que je pensais que c'était leur erreur et cell de Max. Beaucoup de choses n'allaient pas. »

« Peut-être qu'il n'y avait pas assez d'amour »

Daniel Ricciardo précise qu'il ne « repense pas négativement » à son passage chez Red Bull, mais il ne sentait pas un fort désir de le conserver. Le contrat signé très tôt par Max Verstappen, dès Austin 2017, l'a aussi fait douter de son statut dans l'équipe.

« Ce n'était rien de physique, ce n'était pas comme si Max avait eu, disons, un meilleur aileron avant que moi, ou un plus récent, » explique Ricciardo. « Mais il s'est engagé avec l'équipe pour tellement de temps, tellement tôt, et l'accord était tellement important, que cela m'a fait penser que l'équipe se disait "Il nous a montré plus de confiance que toi, et tu prends beaucoup de temps dans tes négociations". »

« Peut-être que Red Bull se disait "Tu n'iras nulle part", mais je pense que c'est la mauvaise approche. Je sentais que je devais travailler dur pour justifier ce que je voulais, et que mes performances montreraient ma valeur. Peut-être qu'il n'y avait pas d'amour. »

Abiteboul a flairé le bon coup

Renault a identifié ces doutes de Daniel Ricciardo et l'équipe en a profité pour l'attirer. Cyril Abiteboul a pu piquer un pilote à Red Bull, quelques semaines après que l'équipe ait décidé d'abandonner le moteur Renault. Abiteboul a offert à Ricciardo le cadre dont il avait besoin.

« Il fallait aller vers lui et expliquer notre situation , et je pense que ce cela fait partie de ce qu'il a aimé dans notre style et notre approche, notre attitude et la façon de gérer les pilotes, » explique le directeur général de Renault Sport Racing, dans les colonnes du Sydney Morning Herald. « C'était peut-être différent de ce dont il avait l'habitude. »

« Je vois déjà que c'est quelqu'un qui ne s'impose pas, il fait ses preuves avec ses résultats et ses actes plutôt qu'en disant "Je suis le leader" et en s'affirmant. C'est ce que j'aime énormément dans son arrivée (chez nous). Il y a une opportunité fantastique pour voir un leader émerger chez Renault, et c'est l'une des raisons qui nous a poussés à aller vers Daniel. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)7

mardi 12 mars 2019 à 16:12 Peyence dit : Ricciardo, au regard de son talent, ne méritait pas d'être mis au rebus, Au regard de son apparente gentillesse, sa bonne éducation, le staff management RB ne le méritaient pas, Je lui souhaite d'être bien mieux encadré, considéré e respecté, à la hauteur de ce que Ricciardo semble accorder aux autres, Il n'est pas chez Renault - marque et équipe contre lesquelles beaucoup crachent…- par hasard : souhaitons-leur le meilleur ! Le plus à plaindre, in fine, est peut-être le "tout jeune" Pierre Gasly, soumis aux loups de "Wall Street-Bull"

mardi 12 mars 2019 à 09:00 CarCircus dit : Ricciardo, en plus d'avoir un immense talent, a des qualités humaines plus que tout autre pilote, et son humour le rend sympathique aux yeux des médias tout autant de ses collègues.

mardi 12 mars 2019 à 08:21 zut! dit : Son coéquipier, c’est vrai et ... l’équipe red bull en général. Le doc netflix montre quand même un visage assez detestable de CH : arrogant, agressif, lavant le linge sale en public en permanence... dommage que des talents pareils se conduisent aussi laidement. Et puisse Daniel et Renault écrire de belles pages de la F1.

lundi 11 mars 2019 à 20:10 jpo dit : Tu m'étonnes John

lundi 11 mars 2019 à 19:07 Bernard 17 dit : Avant il y avait un prix Orange et un prix Citron. Il aurait le prix Orange et Max le citron

lundi 11 mars 2019 à 17:37 garcia72 dit : a:tipik : "entièrement d'accord !"

lundi 11 mars 2019 à 16:43 a:tipik dit : On connaissait déjà les qualités humaines de Ricciardo et c'est vrai que dans cet événement qui a été une véritable injustice on ne l'a pratiquement ps entendu revendiquer quoi que ce soi question d'éducation ce dont manque cruellement son ex coéquipier chez RB.