F1 - Monza dans des discussions « difficiles »

F1 - Monza encore loin d'un accord avec la Formule 1

Les discussions avec Monza et Liberty Media n'ont toujours pas abouti. Le circuit est en fin de contrat avec la F1.

Le circuit de Silverstone devrait rapidement prolonger son contrat avec la Formule 1. Monza, également en fin de contrat cette année, est plus loin d'un accord. Les discussions se poursuivent avec Liberty Media, en charge des droits commerciaux de la F1 depuis deux ans.

« Nous avons pu trouver un équilibre grâce à la région de Lombardie, avec un accord qui prend fin cette année, en 2019, et nous devons le renouveler pour l'an prochain, » a déclaré Angelo Sticchi Damiani, le Président de l'Automobile Club d'Italie (ACI), à Italpress. « C'est (...) compliqué et difficile avec Liberty Media, qui a hérité de beaucoup de contrats chers et intenables. »

« Je crois que l'accord que nous espérons sera trouvé. »

Des travaux sont envisagés

Le circuit de Monza envisage de grands travaux de rénovation pour son centenaire en 2022, qui pourrait mener à une évolution du tracé. L'ACI les juge indispensable.

« Nous avons dit plusieurs fois que la piste de Monza a besoin d'un important travail, et l'hypothèse est sur un total de 100 millions (d'euros), et c'est très urgent d'avoir 60 millions, » précise Sticchi Damiani. « Nous avons également dit que l'ACI est prêt à soutenir le paiement du promoteur à la F1. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)4

jeudi 11 avril 2019 à 20:20 yra88 dit : attention tout de même car quand on ne paye pas on compte pas non plus

mercredi 10 avril 2019 à 23:09 CarCircus dit : Monza est un rendez-vous incontournable pour la F1 et un événement prestigieux pour toute l'Italie, un pays d'automobiles où Ferrari tiens une place à part autant que la squadra azura dans le coeur des tifosis, certe qui coûte cher mais quand on aime, on compte pas.

mercredi 10 avril 2019 à 21:05 yra88 dit : franchement à ce tarif là difficile de comprendre la rentabilité économique d'un tel événement. une année d'absence pourrait faire réfléchir le promoteur sur le grand prix le plus court de l'année. pas certain que les locaux qui payent leurs impôts dans la région soient encore d'accord d'y contribuer car les retombées économiques indirectes générées dont ils pourraient bénéficier doivent être très diluées. mais en homme modeste je ne vois peut-être pas les choses de manière suffisamment ambitieuse

mercredi 10 avril 2019 à 19:52 leon dit : Claquer 100 millions pour UN GP par an : soit ils sont fous , soit l'argent ,n'est pas très propre .