F1 - Ferrari pouvait-elle résister à Verstappen ?

F1 - Ferrari pouvait-elle garder la quatrième place à Shanghaï ?

Mattia Binotto ne pense pas que la consigne imposée à Charles Leclerc a fait perdre la quatrième place à Ferrari à Shanghaï.

La consigne donnée à Charles Leclerc à Shanghaï, pour qu'il laisse passer Sebastian Vettel, ne lui a pas fait perdre qu'une place, elle a aussi fait de lui une proie pour Max Verstappen. Le Néerlandais est resté au contact des pilotes Ferrari et il a anticipé son arrêt. Leclerc est resté en piste plus longtemps, avec des pneus usés et un moins bon rythme, puisque son objectif était alors de faire un arrêt. Après son passage aux stands, le Monégasque était derrière Verstappen, qui a ainsi réussi son undercut.

Le but de Ferrari était alors de ne plus passer aux stands et Leclerc pouvait récupérer la position si Verstappen faisait un deuxième arrêt. Le pilote Red Bull a bel et bien fait ce second passage aux stands... mais Leclerc a aussi dû changer de pneus une seconde fois. Il est donc resté derrière Verstappen.

Suite à la consigne, Leclerc est donc passé de la troisième à la cinquième place. Ferrari ne pense cependant pas que sa décision a privé l'un de ses pilotes de la quatrième place. Mattia Binotto, le patron de la Scuderia, assure que Verstappen aurait aussi fait l'undercut à Vettel sans la consigne.

« Je pense qu'avec un undercut, il l'aurait fait de toute façon, » a assuré l'Italien sur Sky Sports F1. « L'un des deux pilotes aurait subi l'undercut, quel qu'il soit. Pour l'équipe, cela n'aurait rien changé. »

Red Bull a fait fonctionner sa stratégie

En échangeant les positions entre ses pilotes, Ferrari espérait que Sebastian Vettel pourrait revenir sur Valtteri Bottas, mais la Scuderia était en fait sous la menace de Red Bull, dont la stratégie a fonctionné.

« Une bonne stratégie et le fait d'être les premiers à adopter la stratégie à deux arrêts avec Max nous ont permis de devancer Charles Leclerc, » se réjouit Christian Horner, le patron de l'équipe autrichienne.

Du côté de Ferrari, Charles Leclerc a fait la mauvaise opération mais Mattia Binotto assure que le but n'était pas de favoriser Sebastian Vettel : « Charles est déçu, » rappelle-t-il. « Il a raison d'être déçu. Nous devons l'accepter. C'est dommage pour lui. La prochaine fois, ce sera peut-être à son avantage. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)2

mardi 16 avril 2019 à 11:51 a:tipik dit : Comme je l'ai souligné dans un autre post Ferrari mise tout sur Vettel...pour l'instant...il a le palmarès il a l'expérience pour ramener un titre Leclerc avec tout son talent n'a pas encore démontré son aptitude à résister à la pression et il le savait on a rarement vu chez Ferrari un pilote arrivant prendre le leadership.

mardi 16 avril 2019 à 10:34 Juju dit : Sauf qu'en couvrant l'undercut de Verstappen par Leclerc et non par Vettel, vu l'avance du premier et la rapidité de la Ferrari en ligne droite, il serait ressorti devant ou juste derrière Verstappen puis aurait pu le doubler facilement grâce au DRS et ainsi le retenir pour que Vettel puisse se rapprocher et faire de même après son propre arrêt. Ca reste de la projection théorique, mais au moins, ça pouvait se tenter plutôt que de laisser Leclerc en piste bousiller ses pneus et perdre un temps considérable.