F1 - Consignes : Vettel s'en prend aux médias

F1 - Consignes : Sebastian Vettel s'en prend aux médias

Sebastian Vettel n'a pas apprécié les questions sur les consignes après Shanghaï. Il estime que les médias couvrent mal le sujet.

Sebastian Vettel s'agace des questions sur les consignes. Le sujet revient à chaque course depuis le début de la saison. Ferrari a gelé les positions en Australie et elle a voulu le faire à Bahreïn, mais Charles Leclerc n'a pas respecté la consigne, ce que Vettel a compris. En Chine, Leclerc a dû laisser passer son équipier. Lorsqu'un journaliste lui a demandé s'il avait demandé que Leclerc s'écarte, Vettel a manifesté son agacement.

« Au moment où c'est arrivé, je savais que je serai confronté à ces questions, » a déclaré l'Allemand à ESPN. « Je ne sais pas si je vais répondre, parce que je suis un peu opposé à la façon dont vous, vous tous, travaillez, parce que vous prenez des morceaux de réponse ici et là et que vous les présentez d'une manière incorrecte. Donc si vous me reposez la question dans une demi-heure dans le paddock, peut-être que je donnerai une réponse claire, et que vous ne l'écrirez pas. Certains d'entre vous, pas tous, on l'air d'être comme ça. »

« Oui, j'avais l'impression d'être plus rapide dans la voiture, j'ai demandé si je pouvais aller plus vite. J'ai demandé ce que je pensais possible. J'ai été un peu surpris quand j'ai eu le champs libre, pas surpris, mais j'avais du mal à enchaîner de bons tours. Quand j'ai trouvé un rythme, j'ai pu m'échapper, mais évidemment, l'objectif était de revenir sur Mercedes. À ce stade, l'écart était déjà assez gros. »

« Du mauvais journalisme »

Plus tard dans la journée, Sebastian Vettel était dans la conférence de presse dans l'hospitalité de Ferrari et le sujet des consignes a encore été abordé. Une nouvelle fois, Vettel a évoqué la responsabilité des médias.

« (À Bahreïn), Charles était plus rapide, et c'était assez évident, les dépassements sont peut-être un peu plus faciles à Bahreïn, » a précisé Vettel. « Mais je pense que ce qui est décevant après (la Chine), c'est que nous n'avons pas réussi à finir troisième et quatrième. Évidemment, je veux être devant Charles, il va être devant moi, c'est normal. Je n'ai pas besoin d'en dire plus, parce que c'est toujours un peu difficile, surtout avec ce que vous faites des réponses après coup, donc je vais en rester là. »

Vettel a ensuite précisé qu'il n'avait « pas vraiment » d'exemple de citations mal retranscrites : « Pour moi, c'est juste du mauvais journalisme, mais je ne suis pas journaliste, vous ne devriez pas prendre mon jugement personnellement. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)5

jeudi 18 avril 2019 à 12:24 Jef dit : Les écuries qui donnent des consignes d'équipe devraient être sanctionnées

jeudi 18 avril 2019 à 12:22 Jef dit : Du mauvais journalisme mais je ne suis pas journaliste ne le prenez pas personnellement... Il n'y a pas eu un journaliste pour lui dire c'est du mauvais pilotage mais je ne suis pas pilote, ne le prenez pas personnellement ?

mercredi 17 avril 2019 à 21:33 hmmm dit : Je suis d'accord avec VET. Et ce n'est pas le seul des pilotes qui pense ça, de loin pas...

mercredi 17 avril 2019 à 18:11 legars dit : Quitte à poser 15 fois la même question en espérant que ça dérape, pour ne retenir que celle là.

mercredi 17 avril 2019 à 18:09 legars dit : Il a raison, si il n'y a pas d'événement, il faut le créer, c'est le fond de commerce du journaliste.