Caroline Gaspard : une passionnée au volant

Caroline Gaspard : une passionnée de sport automobile

La créatrice de la marque de bijoux Akillis a été bercée par le bruit des moteurs dès son plus jeune âge. Rencontre avec une authentique passionnée...

"Tout a commencé quand j'avais 7 ans, j'étais folle de voitures, j'ai appris à conduire sur les genoux de mon père, dans les champs derrière la maison..." Le ton est donné. Caroline Gaspard, créatrice des bijoux Akillis, a baigné dès son plus jeune âge dans la passion de l'automobile. Et ce n'était que le début : "Mon histoire avec mon mari est aussi très liée à l'automobile. On s'est rencontrés en voiture. C'était place de la Concorde à Paris, on avait 20 ans, il était en Lotus Elise bleue et nous étions tous les deux arrêtés à un feu rouge. J'étais au volant de la voiture de mon père, et j'ai flashé sur la Lotus... Je sentais que la personne dans la voiture me regardait, je me suis dit "encore un dragueur"... donc au feu vert j'ai écrasé la pédale d'accélérateur, je l'ai laissé sur place... Il m'a rattrapé au feu d'après, on a remonté ensemble les Champs Elysées, il m'a demandé mon numéro de téléphone. Et alors que je ne donne évidemment jamais mon numéro à un inconnu... pour une fois, comme il avait l'air sympa, j'ai donné le bon numéro. On s'est revus 6 mois après... et on ne s'est plus jamais quittés. Bref, on est liés par l'automobile, lui aussi c'est un passionné, il a couru en F3 quand il était jeune, on aime tous les deux piloter..."

Dans la peau d'Alonso

Et justement, ces deux passionnés viennent de partager un stage de pilotage en monoplace sur le circuit de Magny-Cours : "Ce qui nous a intéressé c'est qu'il ne s'agissait pas d'un simple stage de découverte mais d'un stage de perfectionnement. Par exemple, vous avez des trackers dans la voiture qui enregistrent vos trajectoires, vos accélérations, la force exercée sur la pédale quand vous freinez, etc. donc ça vous permet de vous améliorer en permanence ... et les moniteurs vous encouragent à vous surpasser. C'est super excitant, un rêve de gosse ! Surtout à Magny-Cours, un circuit qui a accueilli la F1, une piste magnifique. Et on s'aperçoit que c'est vraiment du sport, on est au ras du sol, complètement enfermés dans la coque, il faut des bras en acier... On a fait une cinquantaine de tours, quasiment la durée d'une course" Et pour que le tableau soit parfait, Caroline avait revêtu une des combinaisons de pilotage de Fernando Alonso chez Ferrari, acquise lors d'une vente aux enchères chez Artcurial...

La vitesse comme mot d'ordre

Mais s'il ne fallait garder qu'un seul mot, Caroline Gaspard pourrait bien conserver celui de "vitesse". "Je suis une passionnée de vitesse, et c'est aussi pour cela que ma collection de bijoux tourne beaucoup autour des balles de pistolet, symboles de vitesse s'il en est..."

Photo de Laurent Chiapello

posté par :
Laurent Chiapello

Réagissez