FE - Vergne ne doit pas gagner à tout prix

FE - Jean-Eric Vergne ne doit pas gagner à tout prix à Monaco

Jean-Eric Vergne ne fait pas de la victoire un impératif à l'E-Prix de Monaco en Formule E. Il vise un bon résultat pour rester dans la course au titre.

Jean-Eric Vergne est toujours dans la course pour décrocher un deuxième titre consécutif en Formule E. Il est actuellement sixième du championnat mais il reste au contact des leaders. La catégorie est « extrêmement difficile à prédire » selon le Français, qui ne fait pas d'une victoire un impératif ce week-end, dans les rues de Monaco.

« Je ne pense pas qu'une victoire soit nécessaire pour rester dans la lutte pour le titre jusqu'à la fin de l'année à New York, » indique Vergne (vidéo). « Je pense que c'est important de marquer de gros points. Tout dépend de ce que font les leaders du championnat. C'est une année très difficile, il faut marquer des points à toutes les courses. Tout change extrêmement rapidement aussi. Il faut faire une belle qualifications, une bonne couse, et rapporter de gros points. »

Cette saison, les groupes de qualifications ont influencé les résultats des courses. Les premiers du championnat sont dans le premier groupe, avec des conditions de piste moins bonnes que les derniers, qui roulent dans le quatrième groupe.

Vergne pense que les groupes auront moins d'effet à Monaco. Pour lui, il n'y aura pas de « réel avantage » à être dans le deuxième groupe : « Je pense que c'est un circuit extrêmement plat, extrêmement propre, qui est utilisé pour la F1. Je pense qu'il n'y a pas de grosse évolution entre les groupes. »

- Le programme de l'E-Prix de Monaco

Les formats de qualifications et de course changent tout

La saison est devenue imprévisible, avec huit vainqueurs différents en autant de courses cette année. Le format de qualifications n'est pas le seul à l'origine de cette situation. Jean-Eric Vergne estime que le nouveau format de course, sans changement de voiture et avec une gestion de l'énergie moins prédominante, a aussi une influence.

« La raison pour laquelle il y a beaucoup de vainqueurs différents, c'est effectivement la qualification (qui) aide à (faire) que des personnes qui sont un peu distancées au championnat et qui ont eu un peu de malchance se retrouvent dans le bon groupe de qualifications et bénéficient d'un bon circuit, avec une bonne adhérence, pour faire la pole, » précise Vergne. « Pour moi, la principale raison est (...) que ce ne sont plus des courses à l'énergie. Avec les 45 minutes plus un tour, cela enlève complètement la notion d'économie d'énergie. »

« Parfois, je partais dernier et j'arrivais à remonter sur le podium, ou cinquième. Cette année, c'est strictement impossible. Les voitures sont plus larges, les circuits sont aussi étroits. Puisqu'on ne gère plus l'énergie et qu'on reste à fond, les dépassements deviennent impossible. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez