IndyCar - Alonso et McLaren dépités

IndyCar - Enorme déception pour Fernando Alonso et McLaren

Fernando Alonso et McLaren sont sous le choc après leur élimination des 500 miles d'Indianapolis.

Fernando Alonso a vécu l'une des plus grandes désillusions de sa carrière ce week-end. Samedi, il a pris la 31ème place de la première séance de qualifications, ce qui faisait de lui le premier pilote à ne pas avoir sa place garantie sur la grille. Dimanche, ils étaient six en lice pour les trois dernières places. Il a encore été le premier éliminé, pour de bon cette fois, avec le quatrième temps.

« Ces qualifications ont été très longues, près de 36 heures depuis (samedi) matin, » explique Alonso. « (Samedi), nous étions 31èmes au lieu de 30èmes. (Dimanche), 34èmes au lieu de 33èmes, avec un écart très faible, et malheureusement, nous n'avons pas été assez rapides les deux jours. Je suis déçu, cela aurait évidemment été bien de participer à la course. »

« Je tiens à remercier l'équipe pour tous les efforts, nous avons continué à tout donner. Nous sommes venus ici pour faire la course et nous mettre au défi, et nous n'étions pas assez rapides. Je félicite tous les autres qui ont fait un meilleur travail et j'espère que nous verrons un bon spectacle dimanche, et que cela se passera bien pour tout le monde. Je la suivrai à la télévision, malheureusement. »

Alonso conserve une petite chance de disputer la course. En IndyCar, les qualifications sont liées aux voitures et pas aux pilotes. McLaren pourrait donc acheter la place d'un pilote qualifié, mais l'équipe ne semble pas avoir cette volonté. Il faudrait également qu'elle trouve une équipe prête à lui céder sa place.

Alonso visait la victoire pour remporter la Triple Couronne. Il ne lui manque qu'un succès à Indianapolis, où il a abandonné en 2017 après avoir mené. Il a déjà gagné le Grand Prix de Monaco et les 24 Heures du Mans, qu'il va encore disputer en juin, avant de quitter Toyota.

McLaren reconnaît sa responsabilité

Cette élimination est un gros coup dur pour McLaren. L'équipe a décidé de monter sa propre structure pour ce projet, avec le soutien de Carlin, alors qu'elle s'appuyait uniquement sur Andretti, l'une des meilleures équipes du championnat, en 2017.

« Cette expérience a été très émouvante et difficile, pas seulement pour moi mais pour toute l'équipe, » indique Gil de Ferran, directeur sportif de McLaren et vainqueur de la course en 2003. « Je tiens à en profiter pour présenter nos excuses à nos supporters et les remercier, pas seulement ceux ici aux Etats-Unis mais dans le monde entier, qui ont suivi notre évolution. Je tiens à remercier notre équipe : les mecs ont travaillé pendant plusieurs mois, surtout le dernier mois, donc ils ont fait un énorme travail et ils n'ont pas compté les heures. »

« C'est un sport très difficile. Nous ne l'avons vraiment pas sous-estimé. Nous savions que ce serait un très gros défi. J'ai déjà vu ça. J'ai déjà vu des gens incroyables ne pas se qualifier pour la course. Nous savions vraiment que ce serait difficile. »

« Je tiens à présenter mes excuses à nos partenaires et à les remercier, ils ont été fantastiques et ils nous ont vraiment soutenus dans cette aventure. Je remercie aussi toute la communauté de l'IndyCar, qui nous a accueillis à bras ouverts. Tout le monde, les officiels, les responsables de la sécurité, toutes les autres équipes, tout le monde en IndyCar, ils ont été chaleureux et ils nous ont soutenus. »

« Enfin, je tiens à remercier Fernando. Nous ne lui avons pas donné une voiture suffisamment rapide mais il l'a pilotée comme le champion que nous savons qu'il est, surtout pendant les trois derniers jours. Cela a été incroyablement intense et très difficile, et nous n'aurions rien pu lui demander de plus. »

« Dans mes 35 ans dans le monde de la course, c'est mon expérience la plus douloureuse mais nous sommes des compétiteurs. Nous respectons ce lieu et c'est l'un des plus gros défis dans le monde de la course. L'expérience va renforcer l'équipe et nous voulons revenir. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)1

lundi 20 mai 2019 à 10:10 a:tipik dit : Encore la soupe à la grimace pour Alonso rien de marche peut-être serait-il temps de songer à raccrocher avant de sombrer définitivement.