F1 - De nombreux pilotes défendent Vettel

F1 - Sebastian Vettel soutenu par de nombreux anciens pilotes

Plusieurs anciens pilotes de F1 ont pris la défense de Sebastian Vettel après sa pénalité à Montréal. Ils oscillent entre stupéfaction et colère.

La pénalité de Sebastian Vettel à Montréal fait polémique. L'Allemand a reçu une pénalité de cinq secondes pour un retour en piste dangereux, qui a obligé Lewis Hamilton à faire une manoeuvre d'évitement, après un passage dans l'herbe au virage 3 (vidéo). Il conteste sa pénalité, estimant qu'il ne pouvait pas faire une manoeuvre différente.

De nombreux anciens pilotes ont pris la parole pour défendre Sebastian Vettel, dont Jenson Button : « Pour moi, c'est un incident de course, » a déclaré le champion du monde 2009 sur Sky Sports F1, dont il est consultant. « Il ne pouvait pas freiner la voiture et rester hors de la trajectoire. »

Mario Andretti pense aussi qu'il n'y rien de répréhensible : « Je pense que le rôle des commissaires est de pénaliser les manoeuvres clairement dangereuses et pas les erreurs de bonne foi, qui sont la conséquence d'un duel intense, » estime le champion du monde 1978. « Ce qu'il s'est passé au Grand Prix du Canada n'est pas acceptable, à ce niveau de notre grand sport. »


Alexander Wurz, le Président du GPDA, l'association des pilotes, estime que Vettel ne pouvait pas faire mieux : « Son casque ne s'est dirigé vers son rétroviseur qu'après la correction sur le volant ! » souligne l'Autrichien, double vainqueur ds 24 Heures du Mans. « S'il a glissé si loin, c'est à cause des lois de la physique. Lewis n'avait pas la place, c'est la norme sur les circuits urbains. Qu'est-il arrivé au "On les laisse se battre" ? Est-ce que c'était tendu ? Oui ! Une pénalité ? Pas selon moi. »

Pedro de la Rosa a partagé le tweet d'Alexander Wurz, en évoquant un « incident de course » : « Totalement d'accord, » a-t-il indiqué. « Et ce n'est pas la même chose de sortir d'un dégagement en gazon que d'un dégagement moderne, où on a le contrôle total de la voiture. »

Allan McNish, qui a été commissaire de course, est du même avis : « Je ne sais pas vraiment ce que Vettel aurait pu faire différemment en revenant en piste...» a commenté le triple vainqueur des 24 Heures du Mans. « Avec son élan, il allait forcément finir là... Une décision dure pour Vettel. »

Chilton et Hill sont plus mesurés

Max Chilton pense également que Sebastian Vettel ne pouvait pas éviter cette manoeuvre, même s'il se montre mesuré : « Un résultat difficile pour la F1, » estime l'Anglais. « Je le vois dans les deux sens. la FIA suit le règlement qui dit qu'on ne peut pas revenir en allant directement sur la trajectoire, mais c'est un mauvais choix pour la compétition. Tous les pilotes savent que Vettel n'aurait pas pu accélérer et revenir prudemment à l'intérieur. »


Giedo van der Garde estime que c'était « très serré » mais que Vettel n'a rien à se rapprocher : « Vettel a bien refermé, pour moi c'est la course, » précise-t-il. « Pas de pénalité. »

Damon Hill se montre mesuré mais il ne pense pas qu'il fallait pénaliser Vettel : « Je pense qu'il aurai pu laisser plus d place, mais la pénalité nous a privés de derniers tours exceptionnels, » estime le champion du monde 1996. « Cela ne fait aucun doute qu'il fallait les laisser se battre. Souvenez-vous de Dijon (1979, avec le duel entre Gilles Villeneuve et René Arnoux) ! »

Plusieurs pilotes en colère

Pour Mark Webber, les commissaires montrent une méconnaissance de la F1, même si l'ancien pilote Emanuele Pirro faisait partie du collège. « Est-ce que l'un des commissaires s'est déjà battu pour la tête en F1 ? » questionne l'ancien équipier et rival de Vettel. « J'ai vu l'incident. Une pénalité folle. »


Nigel Mansell juge la pénalité « ridicule » : « Seb a été bon pour ne pas percuter le mur, » souligne le champion du monde 1992. « Il n'y a pas d'adhérence sur l'herbe ! Il n'y a pas de place à cet endroit de la piste. »

« Qu'est-ce que Seb était censé faire ? La voiture lui a échappé. Il était un passager. (C'est) très, très embarrassant. Aucun plaisir à regarder cette course. deux grands champions qui ont un pilotage exceptionnel (et) un résultat faussé. »



Comme Sebastian Vettel, Johnny Herbert n'aime pas la direction que prend le championnat : « C'est fou, on ne peut plus se battre, » déplore l'Anglais. « La course s'est adoucie. »

Des pilotes d'autres catégories se sont également exprimés. Jason Plato, double champion du BTCC, le championnat britannique de tourisme, estime que les commissaires ont pris une « mauvaise décision. »

Jimmie Johnson estime que la décision suit à la course : « Je suis ravi que nous n'ayons pas de commissaires en NASCAR, » a précisé le septuple champion de la NASCAR.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)8

mardi 11 juin 2019 à 13:13 Juju dit : @a:tipik : Verstappen ne s'est pas pris 5 secondes de pénalité pour le contact avec Hamilton, mais pour celui avec Bottas dans les stands.

mardi 11 juin 2019 à 10:19 Alain dit : Ajoutez encore Eric vande Poele, ancien vainqueur des 24 h de Spa, 3e au Mans en 2001 et ancien pilote de F1 : "plus la peine de regarder les GP". Sport Auto avait sorti un article sur les pilotes commissaires en GP il y a peu : Pirro y est vu comme l'un des plus grands adeptes des pénalités ! Etonnamment, on fait des tas d'études, on cherche des idées à prix d'or pour ramener les fans à la F1. Il y a des choses très simples à faire : suivre l'avis d'Andretti et de sanctionner les comportements vraiment dangereux (Schumacher sur Barrichello à Budapest, par exemple), mais pour le reste, garder de la vraie course, avec de vrais combats à tous les niveaux pour une place. La référence à Dijon 1979 est des plus pertinentes. Les commissaires 2019 auraient condamné Arnoux et Villeneuve à vie !

mardi 11 juin 2019 à 07:57 a:tipik dit : @ Juju ; Hamilton ne s'est pas loupé à Monaco c'est Verstappen qui en touchant sa roue arriére gauche en tentant un dépassement au freinage de la chicane l'a obligé à couper la chicane sinon c'était le crash assuré pour les deux voitures.Cet incident de course montre bien le manque de cohérence dans les sanctions prises; Monaco contact Hamilton/Verstappen = + 5 sec Verstappen , Montréal pas de contact Hamilton/Vettel = + 5 sec pour Vettel où est la logique.

lundi 10 juin 2019 à 18:51 Juju dit : Hamilton, à Monaco, se loupe au freinage de la chicane suivant le tunnel, dans les derniers tours, tire tout droit et revient devant l'aileron de Verstappen. Pas de pénalité, dans ce cas là. Allez comprendre.

lundi 10 juin 2019 à 18:12 Jeff 68 dit : sacrée c..s ces commissaires !!!!!! ils feraient mieux d'aller jouer aux billes

lundi 10 juin 2019 à 14:57 legars dit : Pour une fois qu'on avait un peu de suspens... C'est lamentable.

lundi 10 juin 2019 à 13:39 c5lo dit : en plus d’être excessive cette sanction a complètement castré la fin de course. On avait un duel Ferrari Mclaren et deux grands pilotes d’une grande intensité et les commissaires trouvent le moyen de tout mettre par terre. Idiot dans la décision, criminel pour la F1

lundi 10 juin 2019 à 12:11 Jolasoie dit : A savoir si les commissaires savent faire du vélo, avec leurs sanctions à la noix, ils vont finir par mettre un petit train sur les circuits, comme ça ils pourront faire la sieste tranquillement

poool/views/script not found