FE - Vergne se méfie des qualifications à Berne

FE - Jean-Eric Vergne se méfie des qualifications à Berne

Jean-Eric Vergne pense que les qualifications auront un rôle important à l'E-Prix de Berne. La pluie pourrait s'inviter et les dépassements seront difficiles.

Jean-Eric Vergne arrive à Berne en tête du championnat. Il sera donc dans le premier groupe de qualifications, avec des conditions en théorie moins bonnes. La pluie pourrait cependant changer la donne.

« C’est toujours un désavantage d’être dans le premier groupe de qualifications, » déclare Vergne (vidéo). « Ici, la météo a l’air extrêmement capricieuse pour le samedi. Il y a pas mal d’orages, de pluie. Peut-être que nous serons le seul groupe sur le sec et les autres sous la pluie. Nous verrons samedi. »

Ces qualifications devraient être cruciales puisque Vergne attend une course avec peu de dépassements : « Je pense que c’est un des circuits les plus difficiles de l’année pour doubler, » explique-il. « Je pense qu’il n’y aura pas beaucoup de dépassements. Le circuit est tellement étroit, (avec) des freinages en courbe. C’est très difficile de se placer à l’intérieur pour porter une attaque. C’est un circuit où la qualification va être extrêmement importante. »

- Le programme de l'E-Prix de Berne

Vergne ne voit aucun favori pour le titre

Jean-Eric Vergne préfère se concentrer sur l'E-Prix de Berne que sur la lutte au championnat : « La confiance est toujours la même, » précise-t-il. « C’est tellement relevé, difficile et imprévisible cette année que c’est difficile de dire si je quitterai Berne en tête du championnat. La seule chose à faire est de me concentrer sur mon travail. Je vais essayer de faire une bonne qualification, une bonne course, de marquer des points, et on verra ce que les autres ont fait à la fin de la course. »

Les cinq premiers du championnat se sont détachés et ils se tiennent en seulement 21 points, mais Vergne ne pense pas qu'ils sont les seuls à pouvoir encore prétendre au titre.

« Mathématiquement, énormément de pilotes peuvent gagner le championnat, » estime-t-il. « Il y en a cinq qui se démarquent probablement un peu plus. Si le sixième pilote fait trois superbes courses et trois victoires, il peut gagner le championnat facilement. Cela va rester très ouvert, très serré, jusqu’à la fin. »

Une course difficile au Mans

Jean-Eric Vergne a rejoint Berne quelques jours après des 24 Heures du Mans difficiles. Son ORECA-Gibson G-Drive (Rusinov/van Uitert/Vergne) a longtemps mené mais elle n'a pris que la deuxième place, en raison d'un souci technique. Vergne a dû rapidement mettre cette désillusion de côté pour préparer Berne.

« C’est sûr que c’est un week-end très difficile, » déplore Vergne. « Le Mans, avec le général, est extrêmement fatiguant. Lorsque vous menez une course avec plus de trois minutes d’avance et que vous avez un pépin mécanique et que vous ne gagnez pas cette course, c’est dur physiquement et mentalement. Il faut très vite se remettre dans le bain. »

« Dès lundi, j’étais dans le simulateur pour préparer la course de Berne. Ce n’est pas simple, mais c’est notre métier ! »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez