F1 - La demande de Ferrari rejetée

F1 - La  FIA rejette la demande Ferrari sur la pénalité de Sebastian Vettel

La demande de Ferrari de réviser l'incident impliquant Sebastian Vettel à Montréal a été rejetée. La FIA estime qu'il n'y a pas d'élément nouveau.

La pénalité de Sebastian Vettel est maintenue. La Scuderia avait demandé à user d'un droit de révision de l'incident de Montréal mais la FIA n'a pas jugé ses arguments recevables.

A Montréal, les commissaires ont considéré que le retour en piste de Sebastian Vettel, après un passage dans l'herbe au virage 3, était dangereux, et qu'il avait obligé Lewis Hamilton à effectuer une manoeuvre d'évitement (vidéo). Vettel a reçu une pénalité de cinq secondes. Il a vu l'arrivée en tête mais la pénalité l'a relégué à la deuxième place, derrière Lewis Hamilton. De nombreux pilotes ont soutenu Vettel après l'incident.

Pour que le droit de révision soit possible, Ferrari devait apporter de nouvelles pièces jugées pertinentes par les commissaires. Les commissaires de Montréal ont entendu Laurent Mékies, directeur sportif de Ferrari, ce vendredi au Paul Ricard, et ils ont estimé que les arguments avancés n'étaient pas recevables.

« Il n'y a pas de nouveaux éléments significatifs et pertinents auxquels les (commissaires) n'avaient pas accès durant (la course), » précisent les commissaires dans un communiqué.

Ferrari a apporté sept pièces au dossier

Au total, Ferrari apporté sept pièces : l'analyse de la télémétrie, des vidéos de l'incident sous tous les angles, une analyse de Karun Chandhok sur Sky Sports, la vue de la caméra frontale de Vettel disponible seulement après la course, des vidéos d'après course, une analyse des trajectoires par GPS et un témoignage de Vettel.

Les commissaires estiment que seulement deux pièces sont nouvelles, l'analyse de Chandhok et la vidéo de la caméra frontale de Vettel, mais qu'ils ne sont pas pertinents : la première pièce est « l'opinion personnelle d'une partie tierce » et la seconde n'apporte pas de nouvelle information puisque « les preuves dans cette vidéo peuvent être vues dans les autres vidéos à disposition. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)4

vendredi 21 juin 2019 à 22:42 MANFRED91 dit : Il fallait bien s’y attendre... avouer leur erreur serait mettre en péril tout le système qu’ils ont élaboré. Tout cela est bien stupide de leur part et bien triste pour la F1.

vendredi 21 juin 2019 à 20:31 MANFRED91 dit : Il fallait bien s’y attendre... avouer leur erreur serait mettre en péril tout le système qu’ils ont élaboré. Tout cela est bien stupide de leur part et bien triste pour la F1.

vendredi 21 juin 2019 à 19:42 leon dit : Les italiens devraient pourtant bien connaitre leur latin : dura lex sed lex .

vendredi 21 juin 2019 à 18:48 atipik dit : ...les commissaires tout puissants ont décidé de ne pas absoudre le plaignant au motif que sa manoeuvre était suicidaire et l'ont donc maintenu coupable du délit et l'ont embastillé avant de tenir séance pour prononcer la peine capitale...fin de la comedia del arte