F1 - Norris bien placé, Sainz surpris

F1 - Grande-Bretagne 2019 - Samedi - McLaren

Lando Norris est encore entré en Q3 à Silverstone. Carlos Sainz ne comprend pas son manque d'adhérence à l'arrière.

Lando Norris prendra le départ de sa course à domicile depuis la huitième place. Il regrette une erreur au dernier virage mais il reste satisfait de sa position.

« Pas de mauvaises qualifications, je pense que nous pouvons être plutôt satisfaits, » souligne le pilote local. « Nous avons un peu été  en difficulté. Je suis à quatre dixièmes de la septième place, et un peu déçu parce que j'ai glissé au dernier virage, et c'est probablement là que j'ai perdu les quatre dixièmes. À part ça, je ne pense pas que la huitième place est mauvaise pour le départ. »

« Je ne pense pas que c'était facile, nous avons beaucoup souffert avec les changements de direction du vent. C'était plus calme en Q1, j'ai fait mon meilleur tour puis le vent a un peu changé de direction, j'ai eu l'air de plus en souffrir que certains autres. Nous devons analyser ça mais à part ça, ce n'était pas un mauvais samedi. »

Sainz a manqué d'adhérence

Carlos Sainz est plus en retrait, au 13ème rang. Il a eu un manque d'adhérence à l'arrière et le phénomène s'est accentué en Q2. Il ignore la cause de ce problème.

« Une journée difficile, » concède l'Espagnol. « Je ne suis pas totalement à mon aise dans la voiture, et en particulier avec l'arrière en qualification. Mais la Q1 ne s'est pas trop mal déroulée, j'ai un peu retrouvé les sensations au volant et je pensais qu'une bonne qualification était possible. Puis, au fur et à mesure que la séance a avancé, nous avons été de plus en plus lents, nous avons manqué d'adhérence à l'arrière à chaque relais. »

« C'est dur d'expliquer ce qu'il s'est passé à ce stade, sincèrement. Nous analyserons les qualifications ce soir, et probablement la semaine prochaine, et ensuite, nous allons nous concentrer sur demain, nous allons nous battre pour remonter dans les points. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez