F1 - Le moteur Renault a dépassé les 1000 chevaux

F1 - Le moteur Renault dépasse les 1000 chevaux en qualifications

Le groupe propulseur Renault dépasse désormais les 1000 chevaux en qualifications. Les principaux motoristes sont désormais à un niveau similaire.

Le moteur Renault a atteint les 1000 chevaux cette année. Selon Auto Motor und Sport, cette barre a été dépassée grâce aux nouveautés lancées au Paul Ricard. Elle n'est atteinte qu'en qualifications.

« Il n’y a que quelques pics de performances en qualifications, » a expliqué Rémi Taffin, le directeur technique moteur de Renault, au magazine allemand. « On ne peut pas toujours atteindre cette performance. Cela dépend de nombreux facteurs, comme la distance ou la température ambiante. » 

Parmi ces facteurs figure notamment le DRS, l'aileron arrière mobile, grâce auquel un gain équivalent à « cinq ou six chevaux » est possible selon Taffin.

Le dimanche, le moteur reste sous la barre des 1000 chevaux : « En course, nous avons plus de 950 chevaux, » précise Taffin. « Dans certaines phases, nous atteignons 960 ou 970 chevaux. »

Cette performance vient essentiellement du V6, qui développerait environ 840 chevaux. Le système hybride, qui récupère l'énergie au freinage et celle de la chaleur produite par la turbine turbo, génère 120kW, soit 163 chevaux.

Ferrari serait devenue la référence

Qui a le meilleur moteur ? Mercedes a été la référence depuis le lancement des V6 hybrides en 2014 mais Ferrari fait forte impression depuis l'an dernier et Taffin pense que le motoriste italien a désormais « l'avantage » dans ce domaine.

En rythme de course, Renault serait revenu au niveau de Mercedes et Ferrari. Auto Motor und Sport chiffre le gain à plus de 60 chevaux en fin an.

Honda serait légèrement derrière les trois autres motoristes. La prochaine version pourrait apporter un gain de 25 chevaux.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)4

mercredi 31 juillet 2019 à 21:25 hmmm dit : Une telle action de la part de la FIA ne servira pas grand chose. Il y aura aucune garantie que les réglages voir les spécifications des moteurs seront les mêmes que ceux utilisés lors des weekends. En plus de ça, la puissance des moteurs varie énormément selon les différentes séances. Il y qu'à voir en course où les réglages de puissance varient sans cesse. Plus intéressant est la puissance moyenne fourni durant les tours de qualif ainsi que celle pendant l'ensemble de la course, et de préférence, sur l'ensemble du championnat. Des tells essais ne sont pas possibles sur banc malheureusement. Concernant l'article. C'est bien de parler de la puissance monsieur Taffin. Mais avec tout le respect que je vous dois, votre discours fait un peu tâche quand on voit les nombreux soucis de fiabilité des moteurs Renault depuis 2014. D'autant plus qu'en 2019, la fiabilité n'est toujours pas au rendez-vous.

mercredi 31 juillet 2019 à 20:03 atipik dit : Plutôt que des spéculations l'idéal serait que la FIA passe les unités des différents motoristes au banc moteur là au moins on aurait les vrais chiffres.

mercredi 31 juillet 2019 à 16:33 Yvan Samoto dit : Mouais... J’ai des doutes car ils n’avancent pas des masses en course. En plus, il y a souvent de la fumée derrière, si vous voyez ce que je veux dire...

mercredi 31 juillet 2019 à 16:29 CHAPARRAL dit : A quoi cela sert-il quand ils prennent un tour en course ?