F1 - Renault : Le bilan à mi-saison

F1 - Le point sur les performances de Renault à mi-saison

Durant la pause estivale, Sport Auto fait le point sur les performances des équipes et des pilotes. Au programme aujourd'hui : Renault, sixième du championnat.

Renault espérait mieux à la mi-saison. L'objectif du constructeur français était de consolider son statut de quatrième force du plateau et de se rapprocher des trois top teams. Après 12 courses, Renault est sixième du championnat. L'équipe est à quatre points de Toro Rosso, qui a pris l'avantage grâce au podium inattendu de Daniil Kvyat à Hockenheim, mais elle est surtout à 43 unités de McLaren et l'équipe anglaise a plus du double des points, avec le même moteur.

De l'aveu même de Cyril Abiteboul, le patron de l'équipe, les objectifs n'ont pas été atteints. Quel est le problème de Renault ? Le moteur a progressé et il serait désormais proche du niveau des meilleurs. C'est surtout sur le châssis que se fait la différence, et notamment dans les virages à vitesse moyenne, une faiblesse identifiée. Les résultats de Renault sont inconstants. L'équipe a facilement placé ses deux pilotes dans les points à Montréal et Silverstone, mais n'a pas réussi à atteindre le top 10 à Barcelone et à Budapest. Nico Hülkenberg espère des changements en interne.

Renault a beaucoup investi dans l'usine d'Enstone, où est développé le châssis, mais Marcin Budkowski, le directeur exécutif, estime que l'équipe reste en « reconstruction ». En mai, Renault a annoncé des recrues passées par Mercedes et Ferrari, pour renforcer ses département moteur et châssis. L'effet de ces nominations ne devrait pas être immédiat, alors que Renault doit vite progresser pour se rapprocher des objectifs fixés cette année.

Daniel Ricciardo - 11ème - 22 points

Daniel Ricciardo a fait son arrivée chez Renault avec la volonté d'aider le constructeur à franchir un cap. Les résultats ne sont pas à la hauteur de ses attentes pour le moment mais il a pris le rôle de leader, en marquant plus de points que son équipier. Il a aussi l'avantage en qualifications, puisque Hülkenberg ne l'a battu que quatre fois.

L'Australien est engagé dans la durée avec Renault, avec un contrat valable jusqu'à fin 2020.

Nico Hülkenberg - 14ème - 17 points

Nico Hülkenberg est pour la première fois confronté à un équipier de sa génération et qui a remporté plusieurs courses. Leurs performances sont proches mais il est dominé à la mi-saison.

L'Allemand s'attend à prolonger chez Renault la saison prochaine mais sa sortie de piste à Hockenheim, alors qu'il était quatrième, ne joue pas en sa faveur.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)9

lundi 19 août 2019 à 08:45 legars dit : J'adore ces débats de spécialistes, on y apprend énormément lol.

dimanche 18 août 2019 à 21:09 hmmm dit : Si ces anglais sont là, c'est parce que Renault les à engagé. Certainement aussi parce que il n'y pas d'équivalent en France, au moins pas dans le nombre nécessaire. En Angleterre il y une énorme concentration d'ingénieurs spécialisées en F1 comme nulle part ailleurs. Tout ça pour dire que sans ces ingénieurs anglais, Renault serait encore moins bien, on a qu'à étudier les cas Honda et Toyota dans les années 2000. Chez Mercedes ou RB, pourtant pas des équipes anglaises à la base, les très nombreux anglais font des monoplaces capables de gagner. Pourquoi alors Renault n'y arrive pas ? C'est clairement un problème de management.

dimanche 18 août 2019 à 20:14 CHAPARRAL dit : @hmmm Allez donc voir le nombre d'Anglais qui sont employés par l'équipe et à des postes clefs ! Ceci étant dit il est bien évident que le premier responsable est Renault .

dimanche 18 août 2019 à 17:54 hmmm dit : Effectivement ! Sauf que le seul responsable se nomme Renault. Rien à voir avec les anglais...

dimanche 18 août 2019 à 16:45 CHAPARRAL dit : Mon cher hmmm : Tout est dans votre "Si Renault arrive à gagner un jour" parce que pour l'instant , on est loin du résultat attendu !

dimanche 18 août 2019 à 14:41 hmmm dit : Ça y est, les complotistes sont de retour... Ce sont toujours les autres, les français ne peuvent pas foirer... Si Renault arrive à gagner un jour, on verra si ces complotistes viendront féliciter "les anglais" pour leur superbe travail qui a fait gagner Renault...

dimanche 18 août 2019 à 09:33 CHAPARRAL dit : Ainsi que toute la clique d'Anglais qui a phagocyté l'équipe !

samedi 17 août 2019 à 21:59 hmmm dit : Pas que Marko et Horner les auraient viré. Tout personne aillent un minimum de lucidité l'auraient fait.

samedi 17 août 2019 à 18:36 leon dit : Abitboul et Prost toujours là , ils coutent très très beaucoup et n'apportent rien . Malko et Horner les aurait viré depuis longtemps .