F1 - Grosjean : « J'ai la rage méchant »

VIDEO. Romain Grosjean a perdu des places à Spa, avec une Haas qui manquait de vitesse de pointe. La course a été décevante pour l'équipe.

Haas a vécu une course a difficile en Belgique. Romain Grosjean et Kevin Magnussen étaient dans le top 10 en début de course mais le Danois puis le Franco-Suisse ont chuté dans le classement. Haas était visiblement obligée de rouler avec un niveau d'appuis élevé pour faire fonctionner les pneus, mais ce choix a placé les pilotes sous la menace de leurs rivaux.

« Honnêtement, j'ai la rage méchant, » a lâché Grosjean au micro de Canal + Sport Week-End après l'arrivée (vidéo). « La voiture était vraiment bien en début de course. Je suis sixième, derrière la McLaren, et on tient le rythme. Même Pérez n'arrive pas trop à revenir sur nous. De bonnes sensations dans la voiture. Nous faisons l'arrêt aux stands. Nous repartons en pneus médiums, ça va encore mieux. La voiture est top, je suis content. »

« Et là nous arrivons derrière la Renault (de Daniel Ricciardo) et il manque 20km/h de vitesse de pointe. Nous ne pouvions rien faire. Je me suis fait doubler, doubler, doubler. Les pneus ont perdu en température et à partir de là, c'est la bérézina. »

« Je n'ai pas fait une erreur de la course. Nous étions sixièmes et nous nous retrouvons 15ème parce que c'était intenable. Rien à faire. Avec le champ libre ça fonctionnait. A partir du moment où nous sommes tombés dans le trafic, il n'y avait absolument rien à faire. »

« Il n'y a rien d'encourageant »

Le bilan de Spa est décevant pour Haas. Après trois courses de comparaisons entre différentes versions de la voiture, l'équipe faisait rouler ses deux pilotes avec les dernières évolutions, une nécessité puisqu'il n'était pas possible de configurer la monoplace du début avec un niveau d'appuis aérodynamiques faible.

Günther Steiner, le patron de l'équipe, a vu ses pilotes chuter dans le classement, sans pouvoir se défendre face à leurs rivaux. « C'était bien (au début), » a déclaré l'Italien au site officiel de la F1. « Puis il y a eu l'atterrissage, nous n'avions tout simplement pas suffisamment de vitesse de pointe. Nous n'avons pas le rythme pour doubler quelqu'un. Mais tout le monde pouvait nous doubler. »

« C'est sûr qu'il n'y a rien d'encourageant. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)2

mardi 03 septembre 2019 à 23:22 cockernoir dit : J'ai la rage méchant : Avec le salaire qu'il perçoit , il pourrait éviter de parler comme les zonards du 9-3 . 😎

mardi 03 septembre 2019 à 23:19 atypik dit : Finalement ce que subit Romain en ce moment c'est l’antithèse du pilotage de compétition,bien triste.