Publié le 08/09/2019 à 08:57

F1 - Que s'est-il vraiment passé en Q3 ?

F1 - Les radios montrent ce qu'il s'est-il vraiment passé en Q3 à Monza

Retour sur une fin de Q3 très inhabituelle au Grand Prix d'Italie. Les messages radio permettent de comprendre le chaos du dernier tour.

Seul un pilote, Carlos Sainz, a pu faire un deuxième tour rapide en Q3 à Monza. Les autres ont trop tardé et ils n'ont pas pu entamer leur tour. Aucun d'entre eux ne voulait être le pilote de tête, le seul privé d'aspiration. Les pilotes avaient pourtant le temps de prendre la piste.

Kimi Räikkönen a provoqué un drapeau rouge pendant que certains pilotes faisaient encore leur premier tour rapide. Ils ont donc tous pu regagner les stands alors que le compte à rebours était arrêté. Quand le feu est passé au vert, il restait 6min35, ce qui donnait aux pilotes une importante marge pour faire un tour de lancement et un tour rapide. Les équipes leur ont pourtant demandé d'attendre dans les stands.

Les pilotes ont tous quitté la voie des stands simultanément, alors qu'il restait moins de deux minutes.

Aucun pilote ne voulait mener

Nico Hülkenberg était en tête du groupe en prenant la piste. « Souviens-toi du plan s'il te plaît, souviens-toi du plan, » lui a dit son ingénieur par radio. A la première chicane, le pilote Renault a tiré tout droit. Les commissaires n'ont pas pu déterminer si cette manoeuvre était volontaire et ils ont noté qu'il est arrivé en survitesse, en surveillant ses rétroviseurs. Hülkenberg n'a donc pas été pénalisé.

Ce passage dans l'échappatoire aurait pu placer Lance Stroll en tête du groupe, mais Racing Point ne souhaitait pas que ce soit le cas. « Ne double pas Hülkenberg, ne double pas Hülkenberg, » a précisé l'ingénieur du Canadien. Stroll est donc resté à faible vitesse.

Hülkenberg est ressorti de l'échappatoire en tête du groupe, tandis que Carlos Sainz a doublé Lance Stroll. Sainz était informé que le temps commençait à manquer : « Tout le monde n'aura pas un tour, » a indiqué l'ingénieur du pilote McLaren par radio.

Vettel s'est impatienté

Sainz est revenu à la hauteur de Hülkenberg. Derrière eux, Sebastian Vettel a fait des signes de la main pour leur indiquer de se pousser ou d'accélérer. Ferrari a indiqué à l'Allemand qu'il fallait accélérer, mais ce dernier souhaitait que Charles Leclerc passe devant lui pour lui donner l'aspiration, ce qui était prévu avant la séance. Vettel a ensuite pris la tête du groupe.

Au niveau de la deuxième chicane, les pilotes ont réalisé qu'ils risquaient de ne pas avoir le temps de faire un second tour et ils ont accéléré. Sainz est repassé devant Vettel entre les deux Lesmo. Son ingénieur lui a indiqué qu'il n'avait qu'une marge de deux secondes pour passer le drapeau à damier. Du côté de Ferrari, Leclerc est enfin passé devant Vettel entre la chicane Ascari et la Parabolique.

Les pilotes ont approché de la ligne de départ. Carlos Sainz est passé avant le drapeau à damier. Cela a visiblement également été le cas pour Charles Leclerc mais Ferrari lui a dit qu'il ne pouvait pas faire son tour. Les autres pilotes ont passé la ligne trop tard.

Des pilotes agacés par la situation

Dès qu'ils ont passé la ligne, plusieurs pilotes ont exprimé leur agacement par radio. Leclerc a évoqué un « chaos » et Daniel Ricciardo une fin de séance « confuse » pour les pilotes, tandis que Hülkenberg a jugé la situation « folle, dangereuse ».

« Merci, merci, » a ironisé Vettel. Lewis Hamilton a soupçonné un plan orchestré par Ferrari : « C'est une tactique intéressante pour garder la pole, on n'a pas à faire le tour, » a-t-il déclaré.

La FIA a lancé une enquête sur l'incident. Les commissaires ont convoqué Hülkenberg, Sainz et Stroll mais les ils ont estimé qu'il était impossible de déterminer si l'un d'entre eux avait eu un « rôle déterminant » pour freiner les autres pilotes. Ils ont tous les trois reçu une réprimande.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez