Dakar - Alonso : « Un petit cauchemar »

Dakar - Fernando Alonso : « Un petit cauchemar »

Fernando Alonso décrit ses déboires sur le Lichtenburg 400, avec un tonneau, un contact avec un oiseau et une grande partie du parcours sans pare-brise.

Les débuts de Fernando Alonso en rallye-raid ont été difficiles. Il était aligné sur le Lichtenburg 400, en Afrique du Sud, et il a eu plusieurs problèmes. Il a d'abord fait un tonneau, ce qui a cassé son pare-brise. Il a ensuite roulé sans pare-brise et les organisateurs l'ont autorisé à s'élancer avant les autres pilotes pour ne pas être gêné par la poussière. Toyota a pu remplacer son pare-brise mais Alonso a eu un nouvel incident, en percutant un oiseau, ce qui a encore causé des dégâts. Le double champion du monde de F1 reste satisfait de l'expérience prise en vue du Dakar.

« A chaque fois que nous sommes dans la voiture, nous apprenons des choses et nous prenons nos marques dans le Hilux, » déclare Alonso. « Malheureusement, cette journée a été un petit cauchemar pour nous. Dans la matinée, nous avons fait un petit tonneau et nous avons cassé le pare-brise, ce qui a affecté la visibilité, et nous avons dû l’enlever. Nous avons disputé le reste de la spéciale avec des lunettes, dans la poussière des autres voitures. »

« Pour la deuxième spéciale, les organisateurs nous ont autorisés à partir devant, pour avoir une bonne visibilité. Après quelques kilomètres, nous avons percuté un oiseau et le pare-brise s’est encore cassé. Ensuite, nous avons fait 200 kilomètres avec une main sur le pare-brise et l’autre sur le volant. »

« Ce n’était pas la meilleure des journées pour nous, mais nous avons pu découvrir ces choses avant de nous rendre sur des courses plus importantes. »

La prochaine épreuve de Fernando Alonso sera le Rallye du Maroc, du 3 au 9 octobre.

Alonso découvre les difficultés du rallye-raid

Toyota souhaitait donner de l'expérience à Fernando Alonso en conditions de course pour qu'il arrive aussi bien préparé que possible sur le Dakar en janvier 2020. Le Lichtenburg 400 a permis à l'Espagnol de se confronter aux aléas de la discipline.

« Nous avons prouvé les performances de Fernando et les capacités de copilote de Marc (Coma) dans le Hilux, » estime Glyn Hall, le patron de l’équipe. « Malgré les hauts et les bas, ce week-end a apporté une expérience inestimable à l’équipe. Nous suivons l’un des meilleures pilotes au monde dans une discipline qu’il découvre totalement. Avec seulement cinq mois pour se préparer à l’une des courses les plus dures dans le sport automobile, nous avons énormément de travail. »

« Dans le Prologue, Fernando était au niveau des meilleurs pilotes en Afrique du Sud, qui sont parmi les plus rapides au monde. A ce niveau de performance et avec tant de choses à apprendre, nous nous attendions à rencontrer certaines difficultés. C’est également ce dont ils avaient besoin pour que ce ne soit pas une surprise dans la grande course. »

« La détermination de Fernando et Marc (...) est impressionnante. L’équipage est remonté dans la voiture, ils ont terminé la première boucle sans pare-brise, dans la poussière, et dans la deuxième boucle, ils ont tenu le pare-brise dans la plus grande partie de la spéciale. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez