Publié le 29/09/2019 à 15:43

F1 - Binotto : « Un problème d'interprétation »

F1 - Mattia Binotto : « Un problème d’interprétation »

Mattia Binotto estime que la question des consignes de Sotchi est « délicate. » Il n'incrimine aucun de ses pilotes.

Les premiers tours du Grand Prix de Russie ne se sont pas passés comme Ferrari l'avait prévu. La Scuderia souhaitait que Charles Leclerc, en pole, donne l'aspiration à Sebastian Vettel, troisième sur la grille, tout en restant en tête. Vettel a finalement pris la première place et il n'a pas voulu laisser passer son équipier dans les tours qui ont suivi. Ferrari a redonné l'avantage à Leclerc avec la stratégie, en changeant ses pneus avant ceux de Vettel.

Le quadruple champion du monde a-t-il désobéi aux consignes ? Mattia Binotto, le patron de Ferrari, ne veut pas lancer de polémique : « Désobéi, je pense que c'est un terme un peu fort, » a déclaré l'Italien au micro de Canal +. « Ce qu'on avait décidé, c'est que Charles donnerait l'aspiration à Seb. L'aspiration, il l'a prise tout simplement. Il a tout de suite doublé Hamilton. Ce n'est pas Charles qui lui a donné, c'est lui qui l'a prise. »

« C'est délicat. C'est un problème d'interprétation. Dans la voiture, ils ne voient pas ce que l'on voit sur les vidéos. On regarde trois fois. »

« Un échec »

Le possible doublé de Ferrari s'est transformé en troisième place pour Leclerc. Vettel a abandonné en raison d'un souci technique et cela a entraîné une procédure de voiture de sécurité virtuelle, durant laquelle Lewis Hamilton a pu faire son arrêt et repartir en tête. Leclerc a fait un deuxième arrêt qui a permis à Valtteri Bottas de le doubler.

« C'est un échec, » reconnaît Binotto. « Nous sommes très déçus. Nous étions rapides, nous étions premier et deuxième. Nous avons eu un problème de fiabilité. C'est le plus important. Pour gagner, il faut la fiabilité, et cela n'a pas été le cas. Pour gagner, il faut être parfait et cela n'a pas été le cas aujourd'hui. »

Sur le même thème :
- Montezemolo conseille à Ferrari de désigner un numéro un

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)2

dimanche 29 septembre 2019 à 23:39 Ferrarigate dit : Ou peut être un ingénieur à trafiqué la voiture.... Ferrarigate???

dimanche 29 septembre 2019 à 16:07 hmmm dit : Il suffisait d'écouter les conventions radio... VET ne refusait pas directement de redonner la première place à LEC. Il disait que HAM était encore trop près de LEC et que c'était trop risqué de le faire à ce moment précis. Et il avait raison. En environ 10 tours seulement, VET était déjà à plus de 7,5s de HAM, alors que LEC avait de la peine à distancer HAM en étant seulement un peu plus de 3s devant ce dernier (VET était à presque à 4,5s devant LEC. VET était clairement plus rapide que son coéquipier à ce moment de la course et franchement, il méritait la première place. En plus, attendre LEC pour le laisser passer en piste alors qu'il est clairement plus rapide avec presque 4,5s d'avance, ça aurait fait très bizarre quand-même. Ferrari à ensuite volontairement laisse VET très longtemps dehors suite au premier arrêt de LEC, pour justement faire en sorte que LEC puisse repasser devant. Manque de bol, VET à connu un soucis mécani.que au mauvais moment qui à désavantagé LEC et arrangé HAM. Seule chose qu'on peut éventuellement rapprocher à Ferrari c'est de ne pas avoir fait rentrer LEC pour son deuxième arrêt un tour avant, un tour déjà sous voiture de sécurité suite à la sortie de RUS. A ce moment là, LEC serait revenu en piste devant BOT, mais encore fallait qu'il réussisse à dépasser HAM... La critique est toujours facile après-coup, et certainement Ferrari le sait aussi. Ils ont juste manqué de chance aujourd'hui.