Publié le 02/10/2019 à 11:11

F1 - Mercedes n'aurait pas gagné sans la VSC

F1 - Mercedes pense qu'elle n'aurait pas gagné sans la VSC à Sotchi

Mercedes ne pense pas que la victoire aurait été possible sans la procédure de voiture de sécurité virtuelle à Sotchi.

Mercedes a décroché un doublé alors que Ferrari a dominé l'ensemble du week-end à Sotchi. Le constructeur allemand a profité de l'abandon de Sebastian Vettel mais c'est grâce à sa stratégie et une procédure de voiture de sécurité virtuelle que ses pilotes ont pris l'avantage sur Charles Leclerc.

Les pilotes présents en Q3 ont tous opté pour les tendres au départ, sauf Lewis Hamilton et Valtteri Bottas, qui avaient les médiums. Mercedes pouvait ainsi essayer de décaler sa stratégie, sa meilleure chance pour prendre l'avantage sur les pilotes Ferrari.

Leclerc et Vettel sont passés aux stands avant les pilotes Mercedes. L'abandon de Vettel a entraîné une procédure de VSC, qu'il ne pouvait pas éviter, et Hamilton a changé de pneus, pendant que Leclerc était au ralenti en piste. Hamilton a ainsi pu reprendre la piste devant son rival. Mercedes reconnaît que sans l'interruption de course, la victoire était difficilement à sa portée.

« Je pense que cela aurait été très dur de prendre l'avantage sur Ferrari sans une VSC ou une voiture de sécurité, » reconnaît James Vowles, le responsable des stratégies de Mercedes, dans une vidéo publiée par l'équipe. « Je pense que nous aurions fini troisième et quatrième et que Ferrari aurait gagné cette course. »

Mercedes voulait se décaler

Prendre les médiums pour le premier relais offrait moins d'opportunités pour le départ, mais Mercedes savait qu'elle devait décaler sa stratégie par rapport à Ferrari, pour faire la différence dans les stands.

« Nous avons étudié les deux options, » précise Vowles. « La difficulté des pneus tendres est que si nous étions derrière les Ferrari dans les premiers tours, nous aurions vraiment du mal à les doubler en arrivant au deuxième virage. La seule opportunité était un undercut (s'arrêter avant pour bénéficier des pneus neufs et être plus performant) et même avec ça, nous savions qu'ils étaient vraiment rapides. »

« De l'autre côté, les médiums avaient une faiblesse. Ils étaient un peu moins bon pour le départ mais ils offraient plus d'opportunités en course. L'undercut restait possible, mais cette fois en passant sur les pneus tendres ou les durs, si les tendres se dégradaient trop. Surtout, ces médiums nous permettraient de nous rapprocher des Ferrari dans le premier relais, les tendres se dégraderaient avant les médiums, et c'est exactement ce qu'il s'est passé. Après quelques tours, nous avons roulé de plus en plus vite et Ferrari a dû réagir et arrêter ses voitures l'une après l'autre. Et c'est ce qu'on apporté ces pneus. Ils ont ouvert des opportunités. »

« A ce moment là, nous nous battions avec nos conditions, pas les leurs. Les voitures de sécurité jouent un rôle important à Sotchi, il y a en a eu plusieurs année après année, mais surtout en début de course. Mais de toute façon, ces pneus médiums permettaient de maximiser le relais face aux Ferrari. Après les avoir obligés à s'arrêter, nous pouvions allonger le relais, presque jusqu'à la fin de la course au besoin, dans l'espoir d'une VSC ou d'une voiture de sécurité. Exactement comme ce qu'il s'est passé dimanche. »

Le premier relais n'était pas en faveur de Mercedes

Jusqu'à la procédure de voiture de sécurité virtuelle, le plan de Mercedes n'était pourtant pas payant. Les pneus tendres ont été plus endurants que ce que l'équipe imaginait et elle ne pouvait pas vraiment faire la différence. Elle espérait inverser la situation en fin de course, mais elle avait conscience que seule une interruption de course lui permette de revenir dans la lutte.

« Avant la course, nous pensions que les pneus tendres seraient un peu plus fragiles, » explique Vowles. « En fait, la dégradation était très faible tant sur les tendres que les médiums, et cela a réduit nos opportunités. Si les tendres avaient eu la même dégradation que vendredi, nous aurions pu beaucoup plus jouer avec ça. Cela signifie qu'à partir du 15ème tour, environ, les pneus tendres de Ferrari auraient commencé à se dégrader plus et cela aurait tourné en notre faveur, et ils se seraient arrêtés plus tôt, ce qui aurait créé un écart. »

« Cela n'a pas été le cas, donc quand nous avons vu qu'ils arrivaient à faire un relais assez long, nous nous disions que les pneus tendres pourraient transformer notre voiture et la faire mieux fonctionner (dans le deuxième relais). Mais nous aurions quand même été derrière les Ferrari. »

« Avec une voiture de sécurité en fin de course, et toutes les voitures regroupées, ces tendres neufs auraient fait la différence. Même si nous n'avions pas nécessairement l'avantage de la position, en étant juste derrière eux, nous aurions pu être très bons au restart. En fait, l'une des raisons du (deuxième) arrêt de Leclerc était qu'il voulait prendre les pneus tendres plutôt que rester sur les médiums, parce qu'il s'inquiétait pour le restart. »

En faisant ce deuxième arrêt, Leclerc a donné la deuxième place à Bottas, et il n'a jamais pu reprendre l'avantage, malgré ses pneus plus performants.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez