Publié le 10/10/2019 à 12:31

F1 - Pourquoi Suzuka plait tant aux pilotes

F1 - Pourquoi le circuit de Suzuka plait tant aux pilotes

Les pilotes apprécient le tracé du Suzuka, qui propose des virages variés et difficiles. Ils aiment aussi l'ambiance qui entour la course.

La Formule 1 sera sur l'un des tracés préférés des pilotes week-end, Suzuka. La piste leur offre de nombreux défis, avec l'enchaînement de virages du premier secteur, le double Degner, composé de deux courbes à droites rapides, puis une épingle et une portion plus rapide, avec Spoon, une longue courbe sur la gauche et 130R, un virage à haute vitesse, encore sur la gauche, qui mène à la dernière chicane. Sebastian Vettel aime l'ensemble de la piste.

« Le circuit de Suzuka est probablement mon préféré de la saison, » souligne le quadruple champion du monde. « C'est la seule piste de la saison avec un tracé en 8 et, sous certains aspects, cela me rappelle le genre de circuits sur lequel je jouais enfant. A part ça, le circuit n'a rien d'enfantin, puisqu'il a des virages excitants comme 130R et cette séance des Esses dans le premier secteur. »

Nico Hülkenberg juge l'ensemble de la piste difficile : « Suzuka est un circuit sur lequel j'ai toujours aimé piloter, » précise l'Allemand. « La plupart d'entre nous l'adorent pour les nombreux défis qu'il propose. C'est juste incroyable avec les F1 modernes. Les secteurs s'enchaînent de manière fluide, il y a des dénivelés et des virages extraordinaires comme les Degner, Spoon et le 130R. C'est aussi très physique avec des changements de direction réguliers. Il faut être absolument parfait pour briller sur un tour. »

Daniel Ricciardo estime que le tracé a gardé son caractère : « Suzuka possède des caractéristiques dignes des circuits à l'ancienne et j'adore cela, » explique le pilote Renault. « C'est rapide et fluide tout en restant assez brut et bosselé. J'aime les enchaînements à Suzuka. C'est l'un des meilleurs tracés, car il a un peu de tout et c'est ce que nous apprécions. Le premier secteur monte et serpente un peu à gauche, à droite, à gauche... Le deuxième est plus technique et le dernier comporte le 130R où il faut se montrer courageux. C'est presque des montagnes russes : d'avant en arrière, de bas en haut... J'adore ces sensations ! »

Un tracé unique

Signe de l'intérêt du circuit, les pilotes ne font pas tous le même choix lorsqu'ils doivent désigner leur virage préféré. Max Verstappen aime le premier secteur, qui ne pardonne aucune erreur : « C'est un circuit très historique, également très étroit et rapide, donc il faut utiliser toute la piste, » explique le pilote Red Bull. « Il faut trouver le bon équilibre et trouver un bon rythme dans les virages 3, 4, 5 et 6, parce que si on prend mal un virage, on est mal placé pour la séquence qui suit. » Pierre Gasly aime aussi le début du tracé : « Je pense que c'est le meilleur premier secteur de tous les circuits, parce qu'on se rend compte de ce qu'une Formule 1 peut faire, en termes de vitesse et avec ses appuis aérodynamiques, » explique le Normand.

Lance Stroll aime surtout le début du deuxième secteur :« Mon virage préféré est le premier Degner, qui est pour moi le virage le plus impressionnant de l'année, » explique le pilote Racing Point. « C'est probablement l'un des virages les plus étroits du circuit, mais on le prend sur le cinquième rapport, à 260km/h ou 270km/h, et c'est très impressionnant. En qualifications, la sensation de vitesse est incroyable. » Carlos Sainz est surtout impressionné par la fin du tracé : « Le circuit est connu pour être rapide et technique, le légendaire 130R est l'un des plus impressionnants du calendrier, » souligne le pilote McLaren.

Le circuit de Suzuka se distingue aussi par son caractère. Au delà du tracé, la piste reste piégeuse : « C'est à l'ancienne, avec les dégagements en graviers qui font que si on part à la faute, la course est finie, » souligne Gasly. Lance Stroll y voit une difficulté supplémentaire : « Il y a très peu de marge d'erreur et cela demande encore plus de précision que sur la plupart des circuits, » analyse-t-il. Daniil Kvyat estime que les pilotes doivent prendre des risques : « Je dirais que c'est une piste qui demande du courage et des virages comme les Esses, au début, le Degner 1, le Degner 2 et le 130R sont un vrai défi, surtout sous la pluie, » souligne le Russe. « C'est pour cette raison que les pilotes aiment cette piste et qu'elle est la référence sur la vitesse que l'on peut prendre dans les virages rapides. »

Charles Leclerc a des souvenirs plus contrastés de Suzuka. Il juge reste marqué par l'accident de Jules Bianchi en 2014 : « Le week-end a été difficile pour moi l'an dernier, je me rendais à Suzuka pour la première fois depuis l'accident de Jules, » explique-t-il. « C'est évidemment un souvenir très triste et il sera toujours associé à ce Grand Prix. » Pierre Gasly partage cette émotion : « A chaque fois que je suis à Suzuka, mes pensées sont évidemment tournées vers Jules, en raison de ce qu'il s'est passé, » déclare-t-il. « Ce Grands Prix suscite des émotions fortes. »

Des supporters passionnés

Le Grand Prix de Suzuka est aussi célèbre pour ses supporters. Ils sont nombreux à venir déguisés et ils à être accueillir les pilotes à l'entrée du paddock et à l'heure, parfois pour leur offrir des cadeaux. « Ils sont incroyables ! » souligne Vettel. « Peut importe l'heure à laquelle on arrive sur le circuit, ils sont là avant vous, à vous attendre. Et ce qu'ils ressentent pour vous est unique et c'est merveilleux de vivre ça. » Son équipier, Charles Leclerc, apprécie l'ambiance créé par les supporters : « Ils sont vraiment passionnés et ils montrent un gros soutien, ce qui rend l'expérience totalement unique, » explique le Monégasque.

Romain Grosjean est impressionné par la ferveur autour de l'événement : « Les supporters japonais adorent vraiment la Formule 1, » indique-t-il. « C'est probablement l'une des seules pilotes du calendrier où on voit les tribunes pleines à partir du jeudi. Leur passion pour la Formule 1 est immense et ils ont un grand respect. C'est très particulier à voir. On sent que c'est un gros événement quand on y va. »

Les pilotes qui ont un moteur Honda, propriétaire du circuit, sentent encore plus ce soutien : « C'est très particulier d'être un pilote Honda à Suzuka, parce que les Japonais vous soutiennent énormément, » explique Gasly. « C'est impressionnant. L'an dernier, j'ai visité plusieurs usines Honda et nous en avons encore visité cette année, avant le week-end de course. J'ai vraiment été marqué par la force du soutien que nous recevons et cette année, avec deux équipes qui ont les groupes propulseurs Honda, Toro Rosso et Red Bull, je suis certain qu'il y aura encore plus de monde. »

Daniel Ricciardo aime ce Grand Prix à part : « Rien n'est comparable au Japon, » estime-t-il. « La culture est tout simplement incroyable et unique, elle forme le cadre d'une expérience très intéressante. La nourriture est fantastique et les gens sont fous, dans le bon sens du terme. Les fans sont très enthousiastes, mais aussi loyaux, respectueux, et vous apportent de beaux cadeaux et des photos. C'est amusant à vivre ! »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez