Extreme E - Premiers essais pour l'ODYSSEY 21

Extreme E - Premiers essais concluants pour l'ODYSSEY 21

Les premiers essais de l'ODYSSEY 21, le SUV électrique utilisé en Extreme E, se sont déroulés cette semaine au Château de Lastours, près de Carcassonne.

L'Extreme E a entamé son programme d'essais cette semaine. Cette catégorie va se lancer en 2021, avec des spéciales entre des SUV électriques, sous la forme de duels, dans des zones du monde où les effets du changement climatique se mesurent, comme la forêt amazonienne.

La voiture et le moteur, l'ODYSSEY 21, ont été développée par Spark Racing Technology, comme la monoplace de la Formule E. Williams fournit la batterie et Continental les pneus. Les essais se déroulent cette semaine au Château de Lastours, près de Carcassonne, où des équipes de WRC ou des participants du Dakar ont l'habitude de s'entraîner. Trois pilotes se sont succédés au volant dans une séance de quatre jours : Timmy et Kevin Hansen, qui roulent dans le championnat du monde de rallycross, et Mikaela Åhlin-Kottulinsky, une pilote du TCR Scandinave.

« J'ai pu attaquer dès le deuxième tour, » souligne Timmy Hansen, actuel leader du WRX. « La voiture était précise, agile et elle répondait bien, on ne ressentait vraiment pas sa taille. Elle glissait, comme on l'attend d'une quatre roues motrices, et elle était bonne à la relance, quand on appuie sur l'accélérateur. Je suis déjà à l'aise au volant. »

La puissance augmente progressivement

Un premier roulage public a eu lieu dans le cadre du Festival de Goodwood cet été, mais la voiture était dans une configuration deux roues motrices, avec le moteur de la Formule E. La voiture utilisée cette semaine utilise la configuration prévue en course, avec quatre roues motrices et deux moteurs, un sur l'axe avant et l'autre sur l'axe arrière, ce qui donne aux pilotes un couple cinq à six fois plus important.

« C'est une plongée dans l'inconnu cette semaine, » reconnaît Théophile Gouzin, le directeur technique de Spark. « Nous augmentons la puissance et la vitesse étape par étape. Nous pensons que la limite est loin mais nous ayons de l'atteindre lentement, avec confiance. »

« A ce stade, nous passons de 0km/h à 100km/h en environ cinq secondes. Nous ne sommes pas loin des données finales, quand chose moteur aura un couple d'environ 450n/m, nous sommes à 320n/m pour le moment. »

Mikaela Åhlin-Kottulinsky est en charge du développement des pneus : « Nous pouvons pousser les pneus dans leurs retranchements sur une surface brute, hors piste, et c'est une bonne opportunité pour voir jusqu'où nous pouvons attaquer, trouver la limite et identifier les pistes de progrès, » explique la Suédoise. « Ils devront encaisser des chocs importants, et travailler sur des surfaces différentes et dans des environnements différents. »

Les 12 voitures du championnat seront livrées aux équipes à l'été 2020. Les premiers essais collectifs sont prévus pour l'automne 2020. 

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez