Publié le 16/10/2019 à 18:07

F1 - Mercedes décrypte la stratégie de Hamilton

F1 - Mercedes explique la stratégie de Lewis Hamilton à Suzuka

Mercedes regrette de ne pas avoir écourte le premier relais de Lewis Hamilton au Grand Prix du Japon. L'équipe décrypte sa stratégie.

Lewis Hamilton s'est étonné de sa stratégie à Suzuka. Ses deux premiers relais ont été longs et quand ses pneus étaient usés, il a fait de moins bons temps et il a perdu le contact avec Sebastian Vettel après ses arrêts. Il a pu revenir au contact mais pas doubler le pilote Ferrari. Mercedes voulait créer un écart dans l'état de leur pneus pour offrir une chance de dépassement à Hamilton mais la stratégie n'a pas fonctionné.

« (Nous voulions) créer un décalage dans la dégradation des pneus avec Vettel, c’est tout, » explique Andrew Shovlin, le responsable des opérations en piste de Mercedes, dans une vidéo publiée par l’équipe. « Lewis a repris la piste assez loin de Vettel mais il était sur des pneus plus frais, et jusqu’à la fin de la course. Donc l’écart s’est réduit. Nous pouvons mettre ces données dans nos calculs, nous connaissons la dégradation des pneus et sur toute la course, cela ne fait perdre que 2,5sec. Maus avec des pneus plus performants, plus rapides, cela permet un dépassement. C’est ce sur quoi nous avons misé, que Lewis pourrait doubler Vettel dans ce relais. Cela n’a pas marché et nous devons comprendre pourquoi. »

Il reconnaît une possible erreur dans la stratégie : « Nous aurions probablement dû arrêter Lewis plus tôt, essayer un undercut agressif (pour qu’il profite des pneus neufs avant Vettel), donc rester sur deux arrêts mais avec un undercut agressif qui aurait peut-être placé Lewis devant après le premier relais, » explique l’Anglais.

Shovlin estime que la Mercedes pouvait difficilement doubler la Ferrari : « Nous devons également améliorer la voiture pour les dépassements parce que la Ferrari est très, très difficile à doubler, » estime l’ingénieur. « Vous avez souvent vu cette situation dans les dernières courses, nous pouvons revenir sur eux, nous sommes même plus rapides en course, mais nous n’arrivons pas à doubler si nous sommes derrière. Donc nous allons travailler sur ça. »

Mercedes ne pouvait pas éviter le deuxième arrêt

Après les deuxièmes arrêts de Valtteri Bottas et Sebastian Vettel, Lewis Hamilton a occupé la première place pendant plusieurs tours. Une information donnée par la F1 laissait penser qu'il pourrait voir l'arrivée mais Mercedes pense que le deuxième passage aux stands était nécessaire pour Hamilton.

« Les informations à l’image disaient qu’il restait 70% de la gomme, » explique Shovlin. « Ce chiffre vient probablement de Pirelli qui dit au diffuseur leur idée de la tenue des pneus, mais chaque voiture est différente, la façon dont on attaque sur les pneus a une influence et en fait, nous ne savons pas la quantité de gomme qu’il reste avant de voir l’arrivée. »

« Nous avons vu les temps de Lewis commencer à chuter. Et au début, il perdait un dixième au tour, puis c’était trois dixièmes dans les deux derniers tours, et il nous a dit par radio que les pneus se dégradaient. Donc c’était une indication que le meilleur moment des pneus était passé. Nous pouvions continuer, mais nous aurions été plus lents à chaque tour et nous aurions fini par perdre (des places). »

« A ce stade, nous avons dû prendre la décision. Nous n’avons pas les données de toutes les autres voitures à l’arrivée, mais ceux qui ont réussi à faire un arrêt sont ceux qui ont fait un premier relais très, très long. A la fin de la course, plusieurs voitures perdaient quatre, cinq ou même six secondes en raison de la dégradation, ils n’avaient plus beaucoup de gomme et ils ne pouvaient pas générer d’adhérence. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez