Publié le 24/10/2019 à 00:00

F1 - Les Renault exclues à Suzuka

F1 - Les Renault exclues de la course à Suzuka

Les pilotes Renault ont été disqualifiés du Grand Prix du Japon, après une enquête sur le système de contrôle de répartition des freins utilisé par l'équipe.

La FIA a décidé d'exclure Daniel Ricciardo et Nico Hülkenberg du Grand Prix du Japon, après une enquête autour d'un possible préréglage du système d'ajustement de la répartition des freins. Les commissaires n'ont pas relevé d'infraction technique mais ils ont estimé qu'un système de contrôle était une infraction sportive, en apportant une aide au pilotage. Racing Point avait déposé une réclamation contre Renault à Suzuka, ce qui a mené à cette enquête.

- Renault pourrait faire appel de la décision
- Renault renonce à faire appel

Selon Racing Point, les images de caméra embarquées montraient un changement de répartition de freinage sur l'écran du volant, sans action du pilote, ce qui est interdit. Renault a répondu que ce changement était provoqué par un autre système, qui a été détaillé à la FIA, et qui n'était pas un préréglage ou un procédé lié à la position du pilote sur le circuit, deux choses interdites par le règlement.

Dans leur décision, les commissaires estiment que Renault a « exploité certaines ambiguïtés du règlement technique », ce qui ne constitue pas une infraction en tant que tel, mais que le système apporte une aide au pilotage, interdite par le règlement sportif. Ricciardo et Hülkenberg ont donc été disqualifiés. Renault peut faire appel jusqu'à ce jeudi à 17h00 (heure française).

Renault voit McLaren s'échapper

Charles Leclerc récupère la sixième place de Daniel Ricciardo, devant Pierre Gasly, Sergio Pérez, Lance Stroll et Daniil Kvyat, qui se retrouve à la position occupée par Nico Hülkenberg.

Renault perd ainsi neuf points et son retard sur McLaren passe de 32 à 43 points, ce qui complique la tâche du constructeur dans l'optique de la lutte pour la quatrième place du championnat. Toro Rosso revient à six points.

La FIA a eu besoin de temps pour analyser ce dossier complexe. La réclamation de Racing Pont au Japon faisait 12 pages et la FIA a saisi les volants et les systèmes électroniques des voitures pour l'enquête. Racing Point a apporté des éléments supplémentaires et Renault a aussi apporté des éléments au dossier.

Le championnat pilotes après la pénalité

1. Hamilton - 353 points
2. Bottas - 275 points
3. Leclerc - 223 points
4. Verstappen - 212 points
5. Vettel - 212 points
6. Sainz - 76 points
7. Gasly - 75 points
8. Albon - 64 points
9. Pérez - 37 points
10. Norris - 35 points
11. Hülkenberg - 34 points
12. Riccairdo - 34 points
13. Daniil Kvyat - 34 points
14. Räikkönen - 31 points
15. Stroll - 21 points
16. Magnussen - 20 points
17. Grosjean - 8 points
18. Giovinazzi - 4 points
19. Kubica - 1 point

Le championnat constructeurs après la pénalité

1. Mercedes - 628 points
2. Ferrari - 435 points
3. Red Bull-Honda - 323 points
4. McLaren-Renault - 111 points
5. Renault - 68 points
6. Toro Rosso-Honda - 62 points
7. Racing Point-Mercedes - 58 points
8. Alfa Romeo-Ferrari - 35 points
9. Haas-Ferrari - 28 points
10. Williams-Mercedes - 1 point

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)10

jeudi 24 octobre 2019 à 11:56 hmmm dit : Contrairement à ce qu'on peut lire ici dans le commentaire d'Alain, Alfa Romeo n'a pas été disqualifié. Ils ont simplement reçu une pénalité de 30 secondes. Et la disqualification de Haas l'année dernière est venu d'une plainte de la part de Renault, son concurrent direct à ce moment là... Personne n'a crié au scandale dans ces deux cas. Mais maintenant que ça touche Renault, c'est soudainement scandaleux... Entre nous, Renault peut s'estimer chanceux malgré tout, car même si les commissaires ont disqualifié Renault d'un seul GP, ça aurait pu aller plus loin. L'ex employé Renault, qui a quitté Renault l'été dernier était déjà au courant de ce système. Ce qui signifie que Renault l'utilisait déjà avant l'été passé. Le risque que Renault se voit disqualifié de nombreux GP passés est évident. Mais ceci aurait pu pousser Renault à quitter la F1 pour de bon. Dans ce sens là, Renault à été chanceux que les commissaires ont fermé un œil (volontairement ?). C'est un verdict qui finalement arrange tout le monde, même Renault.

jeudi 24 octobre 2019 à 11:18 Le Règlement dit : Puisque les commisair ne savent pas ce que les voitures embarques avant les coursse, ils devraient faires un système qui copie les données de chacun F1 avant le départ, comme ça ils pourront comparer les différences, et ils n y aura plus de problème

jeudi 24 octobre 2019 à 11:03 Et Les Autres dit : Mercedes et Ferrari utilisent se sistéme depuis belles lurette et personnes ne les ont dénoncer

jeudi 24 octobre 2019 à 10:03 legars dit : Une question me vient à l'esprit. A part les familles des membres de l'équipe, qui supporte Racing Point ?

jeudi 24 octobre 2019 à 09:56 Pascal31 dit : Il n'y a pas infraction au règlement, mais il y a infraction. Le volant est aussi une aide au pilotage. Je propose d'exclure les voitures pourvues de cet appendice. Ce sport devient pathétique...

jeudi 24 octobre 2019 à 09:34 CHAPARRAL dit : Bien sûr dans ce cas là ,Renault n'est ni Ferrari ni Mercédès !

jeudi 24 octobre 2019 à 09:29 Alain dit : Un championnat qui devient illisible, après les disqualifications des Alfa Romeo, des Haas à d'autres GP, voici Renault, tout ça après la farce Force India/Racing Point l'an dernier. Ri-di-cu-le. Quelle sanction appliquer en cas de triche : des amendes colossales, ils comprendront vite et le spectateur sera moins dans le brouillard.

jeudi 24 octobre 2019 à 08:18 atypik dit : Avec un rapport technique de 12 pages je me pose la question de où sont ils allés prendre autant d'arguments techniques pour monter leur dossier.

jeudi 24 octobre 2019 à 08:08 atypik dit : Décidément ça ne veut pas le faire cette année beaucoup de malchance et d'erreurs par-contre les gens de RacingPoint ont bien préparé leur coup 12 pages d'explications techniques ça ne se pond ps en un w-end.

jeudi 24 octobre 2019 à 07:40 Juju dit : Quand ça veut pas, ça veut pas.