Publié le 24/10/2019 à 16:40

F1 - Renault renonce à faire appel

F1 - Renault ne fera pas appel de son exclusion du GP du Japon

Renault a renoncé à faire appel de son exclusion de Suzuka. Le constructeur n'avait pas de pièce supplémentaire à apporter au dossier.

Les deux Renault ont été exclues du Grand Prix du Japon pour avoir utilisé un système de contrôle de la répartition des freins. Le système en lui-même n'est pas interdit par le règlement technique mais les commissaires de la FIA ont estimé qu'il s'agissait d'une aide au pilotage, ce qui est interdit par le règlement sportif. Renault avait jusqu'à 17h00 ce jeudi pour faire appel. Un peu plus d'une demi-heure avant l'échéance, le constructeur a annoncé qu'il renonçait à le faire.

« Nous regrettons la décision des commissaires et, en particulier, la sévérité de la sanction appliquée, » indique Renault dans un communiqué. « À notre opinion, la pénalité n'est pas proportionnée aux bénéfices reçus par les pilotes, en particulier en prenant en compte le fait que la légalité du système et son aspect innovant ont été confirmée. (La décision) n'est également pas dans la lignée des précédentes sanctions pour des infractions similaires, comme les commissaires l'ont reconnu dans leurs décisions, mais sans apporter d'argumentation supplémentaire. »

« Cependant, puisque nous n'avons pas d'élément de preuve supplémentaire à apporter à ceux déjà employés pour démontrer la légalité de notre système, nous ne souhaitons pas consacrer plus de temps et d'efforts à un débat stérile devant le Tribunal d'Appel International au sujet d'une appréciation subjective, et donc d'une sanction, autour d'une aide qui réduit la quantité de travail du pilote sans améliorer les performances de la voiture. »

« Nous avons donc décidé de ne pas faire appel de la décision des commissaires. »

Renault va revoir ses processus

Renault n'a pas l'intention de brider son développement après cette sanction, mais le constructeur souhaite désormais s'assurer de la conformité de ses solutions avant de les lancer en course.

« La Formule 1 sera toujours un terrain de recherche incessant pour les plus petites opportunités apportant un avantage compétitif, » indique Renault. « C'est ce que nous avons toujours fait et ce que nous continuerons à faire, mais avec de meilleurs processus internes avant d'apporter des solutions innovantes en piste. »

La décision a fait perdre neuf points à Renault et elle signifie que l'équipe a désormais un retard de 43 points sur McLaren dans la lutte pour la quatrième place.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)13

vendredi 25 octobre 2019 à 20:23 En Éffais dit : Atypik, que de la gueule, mais tu dois l aimer bien profond

vendredi 25 octobre 2019 à 19:59 atypik dit : Bonsoir CHAPARRAL je m'ajuste au niveau de mon interlocuteur 😥

vendredi 25 octobre 2019 à 14:23 CHAPARRAL dit : @ atypik ,je vous sens un tantinet moqueur !

vendredi 25 octobre 2019 à 11:20 atypik dit : @ En Éffais; merssi pour cette esposer tré cler

jeudi 24 octobre 2019 à 23:17 Juju dit : En synthèse: Selon le règlement technique, le dispositif de Renault est autorisé. Selon le règlement sportif, le dispositif de Renault est interdit. Conclusion : le dispositif de Renault est interdit. La question est réglée.

jeudi 24 octobre 2019 à 23:15 En Éffais dit : Se système permet une répartition du freinage qui est annalisé lors des essais sur chaque circuit les ingénieurs annalise le dosage pour éviter le blocage et la réparation sur chaque roue et sur chaque virages qui est ensuite enregistrée dans les données de la F1 se qui permet de passer plus vite dans les virages et de ne pas user les pneus en freinent trop fort

jeudi 24 octobre 2019 à 23:14 Juju dit : En synthèse: Selon le règlement technique, le dispositif de Renault est autorisé. Selon le règlement sportif, le dispositif de Renault est interdit. Conclusion : le dispositif de Renault est interdit. La question est réglée.

jeudi 24 octobre 2019 à 21:54 hmmm dit : @CHAPARRAL, À ce demander qui doit nous deux ne sait pas lire... Je cite l'article : "Le système en lui-même n'est pas interdit par le règlement techni.que" "d'une aide au pilotage, ce qui est interdit par le règlement sportif" Quant aux communications radio, non, ce n'est pas une aide au pilotage. Elles ne permettent pas d'éviter le blocages des roues au freinage. Elles ne permettent pas d'éviter le patinage des roues à l'accélération à l'accélération. Etc.

jeudi 24 octobre 2019 à 20:27 CHAPARRAL dit : @hmmm : ce n'est pas moi qui le dit ,"le règlement sportif dit que le système n'est pas interdit " c'est écrit à la deuxième ligne...vous savez lire ? Et toutes les communications radio "Stand/ pilotes " ce n'est pas de l'aide à la conduite ?

jeudi 24 octobre 2019 à 19:44 hmmm dit : @En Efais, Plainte à quel sujet ?

jeudi 24 octobre 2019 à 19:43 hmmm dit : Arrêtez de dire que le système n'était pas illégal. Il était belle et bien illégal selon le règlement sportif. Et que ça soit Ferrari ou Mercedes ou n'importe quelle autre équipe, ils se seront faits sanctionner de la même façon car les systèmes d'aide à la conduite sont illégaux et que le règlement est le même pour tout le monde. Renault n'a pas "regretté" non plus de dénoncer Haas l'an passé en ramassent leurs points au passage. Ce que Renault ne dit pas c'est qu'ils ont eu de la chance que cette affaire n'a pas été plus loin. Car le risque d'être puni plus sévèrement était bien présent. Ce qui signifie aussi, que la FIA a fait un grand cadeau à Renault, comme ils l'auraient certainement fait avec une autre équipe majeure.

jeudi 24 octobre 2019 à 19:39 En Éffais dit : Mais Renault devrait faire pareil Et porter plainte pour la même chose contre Ferrari et Mercedes

jeudi 24 octobre 2019 à 17:48 CHAPARRAL dit : Puisque le système n'était pas illégal , mais qu'ils ont été sanctionnés quand même,lorsque' l' on ne s'appelle pas Ferrari ou Mercédès , c'était perdu d'avance !