Publié le 26/10/2019 à 12:02

F1 - Renault n'avait aucun doute sur son système

F1 - Renault n'avait aucun doute sur son système de répartition des freins

Cyril Abiteboul assure que Renault n'avait aucun doute sur la légalité de son système de répartition des freins. Il est mécontent de l'attitude de Racing Point.

Les deux Renault ont été disqualifiées du Grand Prix du Japon, en raison d'un système qui permettait de modifier la répartition des freins sans action du pilote. Le système utilisé par l'équipe a été jugé conforme au règlement technique, mais les commissaires ont estimé qu'il s'agissait d'une aide au pilotage, ce qui est interdit par le règlement sportif. Selon Canal +, le système était utilisé depuis Spa 2015, avant le rachat de Lotus par Renault. L'équipe ne cherchait pas à le cacher puisque les images des caméras embarquées montraient le changement de répartition automatique sur l'écran du volant.

« A aucun moment nous avons pensé que cela pouvait ne pas être légal, » a déclaré Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport Racing, à Auto Motor und Sport. « C'est pour cela que les données sur l'écran faisant référence à la répartition des freins n'étaient pas brouillées, mais visibles. Si nous avions voulu le cacher, l'écran du volant n'aurait pas été si clair. »

L'article sur les aides au pilotage donne une latitude importante aux commissaires, pour qu'ils puissent juger des situations très variées. « Nous avons été pris sur un élément très large du règlement sportif, qui pour nous est caduc sur les Formules 1 modernes, puisqu'il s'agit des aides au pilotage, » a expliqué Abiteboul sur Canal + Sport Week-End. « Il y en a beaucoup, des aides au pilotage, de différentes sortes. Nous avons réussi à imaginer un système innovant qui aide un peu le pilote, dans le sens où cela lui retire un peu de charge de travail. Cela ne fait pas aller plus vite. »

Abiteboul pense que Racing Point a rompu une « doctrine »

L'exclusion de Daniel Ricciardo et Nico Hülkenberg fait suite à une réclamation de Racing Point. En F1, lorsqu'il y a un doute sur un élément, une équipe peut demander une clarification et la FIA publie une directive technique, pour indiquer si un élément est interdit. Cela n'a pas été le cas pour le système de répartition de freinage de Renault. Cyril Abiteboul déplore l'attitude de Racing Point.

« S'ils avaient exprimé leurs doutes devant nous et la FIA, nous aurions expliqué, » a précisé Abiteboul à Auto Motor und Sport. « La FIA aurait pu faire une clarification. Mais nous avons été confrontés aux faits à Suzuka, sans alerte. » Il aurait préféré que Racing Point passe par le procédé habituel en demandant une clarification : « Ce qui me choque, c'est la manière dont Racing Point a agi, » a précisé Abiteboul à L'Equipe. « Ils ont rompu cette doctrine qui régissait nos relations pour que la F1 ne soit pas le Far West. »

Abiteboul estime que Racing Point a déposé la réclamation « pour les points » : « Leur dossier est prêt, selon moi, depuis des semaines, » a-t-il ajouté. « Ils ont attendu une opportunité où nous retirer des points leur permettait d'en gagner. L'un de nos (anciens) employés les a renseignés mais mal, puisque la manière dont ils ont décrit notre système est fausse. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)2

samedi 26 octobre 2019 à 20:33 gege dit : c'est toujours les pilotes qui sont punis et ça c'est pas normal.il faudrait en prendre conscience avant qu'on se désintéresse de la f1.

samedi 26 octobre 2019 à 15:04 hmmm dit : L'arroseur qui se plaint de s'être fait arroser...