Publié le 01/11/2019 à 09:21

F1 - Gasly se sent beaucoup mieux qu'à Mexico

F1 - Piere Gasly se sent beaucoup mieux qu'à Mexico

Pierre Gasly se sent mieux qu'à Mexico, où il était souffrant. Il a été performant dans un week-end difficile pour lui.

Pierre Gasly était malade samedi et dimanche à Mexico. Il a confirmé qu'il se sent « vraiment bien » en conférence de presse à Austin, avant le Grand Prix des Etats-Unis.

« Je pense qu'environ 20 personnes m'ont posé la question depuis mon arrivée dans le paddock, » a ajouté le Français. « C'était difficile le week-end dernier, mais tout va bien maintenant. »

Gasly sentait surtout une grande fatigue mais il a été classé au neuvième rang en course : « C'était assez difficile à partir du samedi, au niveau de l'énergie et pour garder la concentration, » reconnaît-il. « Ce n'était pas facile mais je suis satisfait d'avoir traversé ça. Nous avons décroché le meilleur résultat possible dans ce week-end. Des qualifications et une course assez bonnes, même si ce n'était pas facile. »

Toro Rosso exploite bien sa voiture

Pierre Gasly est satisfait des performances de Toro Rosso depuis son retour dans l'équipe, même si la voiture a très peu évolué récemment.

« Sincèrement, la voiture est à peu près la même depuis quelques courses, depuis mon retour, » précise Gasly. « Nous essayons d'exploiter au mieux ce que nous avons et de trouver les meilleurs directions de réglages par rapport aux pistes et à mes besoins dans la voiture. »

« Je dois dire que je suis vraiment satisfait de notre travail avec l'équipe. Elle me donne tout ce dont j'ai besoin donc nous pouvons mieux exploiter la voiture. Pour le moment nous sommes bons. Nous pouvons toujours faire mieux et nous allons essayer de rester à ce niveau dans les trois prochaines courses. »

Il estime que peu de choses ont changé dans son approche en passant de Red Bull à Toro Rosso : « Je n'ai pas appris ou oublier le pilotage en quelques mois, » précise-t-il. « Il faut tout assembler. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez