Le DTM imagine une catégorie électrique

Le DTM souhaite lancer une catégorie électrique

Le DTM souhaite créer une catégorie de tourisme avec des voitures électriques, avec des batteries ou de l'hydrogène.

Le sport automobile se tourne de plus vers des motorisations hybrides ou électriques. La F1 a pris le virage de l'hybride en 2009 et les systèmes ont été renforcés en 2014. La Formule E, le premier championnat de monoplaces électriques, est en pleine croissance. Dans d'autres catégories, le WRC se prépare au passage à l'hybride en 2022 et l'ETCR, un championnat de voitures de tourisme électriques, va se lancer en 2020. Le DTM, qui va aussi adopter l'hybride en 2022, a présenté sa vision pour l'avenir.

Le championnat de tourisme allemand envisage de se tourner vers l'électrique, en permettant l'utilisation de batteries ou de l'hydrogène, une solution privilégiée en endurance. Dans un premier temps, l'idée est de créer une seconde catégorie, parallèle au DTM, et aucune date de lancement n'a été fixée à ce stade.

Le DTM souhaite un train propulseur en grande partie standardisée, qui pourrait atteindre 1000 chevaux pendant certaines périodes, avec des vitesses de pointe au dessus de 300km/h. Les batteries et les réservoirs d'hydrogène seraient placés dans une monocoque en fibre de carbone.

Pour les arrêts aux stands, le DTM imagine des robots en charge remplacer les roues, mais aussi la batterie ou le réservoir d'hydrogène. Un arrêt serait imposé par course.

Le DTM veut voir l'intérêt des différents acteurs

La concrétisation de ce championnat n'est pas encore une certitude. Le DTM va étudier sa faisabilité technique, avec pour objectif de garantir un niveau de compétitivité équilibré entre les voitures. La viabilité financière du projet va aussi être étudiée. Le championnat souhaite enfin sonder l'intérêt des supporters, des constructeurs et des sponsors.

« C'est un concept courageux et innovant, » souligne l'ancien pilote de F1 Gerhard Berger, aujourd'hui Président d'ITR, la société qui organise le DTM. « Il faut aller de l'avant si on veut dessiner les contours de l'avenir du sport automobile et offrir des courses avec des motorisations alternatives, qui inspirent les supporters. Il est évident que les constructeurs qui veulent s'impliquer en sport automobile se concentrent de plus en plus sur des concepts de motorisation alternative. »

« Même si les véhicules hybrides et électriques sont entrés sur le marché, je pense qu'il manque encore un concept vraiment novateur et inspirant. En plus des millions de passionnés de sport automobile à travers le monde, nous parlons désormais à de nombreuses entreprises et de nombreux fournisseurs du secteur automobile, qui aimeraient renforcer leur implication en sport automobile. Avec ce projet, nous voulons démonter que nous sommes ouverts à ce que l'avenir apportera et que nous avons quelque chose de nouveau à offrir aux constructeurs du monde entier. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez