Publié le 12/11/2019 à 12:05

L'Aspark Owl (2019) de série dévoilée !

Aspark Owl (2019) : la supercar électrique de série présentée

L'Aspark Owl, supercar électrique japonaise, se dévoile dans sa version définitive.

Comme promis, le jeune constructeur japonais Aspark dévoile au salon de Dubaï 2019 la version de série de sa supercar électrique Owl. Le coupé biplace reprend quasi-intégralement le design du concept-car de 2017. Les vitres latérales ont été légèrement redessinées, des rétroviseurs agrémentés de caméras ont fait leur apparition et l'aileron arrière est désormais mobile, se déployant automatiquement à 150 km/h et se rétractant seul à 100 km/h. Il peut également s'actionner via une commande dédiée.

La Owl mesure 4,79m de long, 1,94m de large et seulement 0,99m de haut pour 2,75m d'empattement. Elle repose sur des jantes de 20 pouces à l'avant et 21 pouces à l'arrière. La suspension hydraulique propose trois hauteur de caisse allant de 8cm à 16cm. L'habitacle est épuré avec des interrupteurs situés au plafond et quatre écrans regroupant instrumentation et information. La Nippone affiche des lignes fluides et épurées, presque sobres au regard des performances annoncées. Car les Pininfarina Battista, Lotus Evija et Rimac C_Two ont une nouvelle rivale.

Record annoncé en accélération

La Owl est animée par quatre moteurs électriques fournissant ensemble 2.012ch et "environ" 2.000Nm de couple, alimentés par une batterie lithium-ion de 64 kWh installée au centre. La structure monocoque en fibre de carbone ne pèse que 120kg. La carrosserie en CFRP (composite polymère/carbone) pèse 180kg. Des renforts en acier inoxydables sont présents sous le toit. Le véhicule affiche tout de même 1.900kg à sec selon le constructeur.

Cela ne l'empêche pas d'effectuer le 0 à 60 mph (96 km/h) en 1,69s et le 0 à 300 km/h en 10,6s d'après Aspark (avec un lancement de 30,5cm pris en compte par les instruments de mesure les plus précis, mais donc à confirmer), qui annonce par ailleurs une vitesse de pointe de 400 km/h. Pour ralentir l'engin, le freinage est assuré par des disques carbone/céramique mordus par des étriers à 10 pistons devant et 4 pistons derrière. Côté pneumatiques, la firme propose au choix Michelin Pilot Sport Cup 2 R ou Pirelli P Zero. L'autonomie annoncée s'élève à 450km selon l'ancien cycle d'homologation NEDC.

L'Aspark Owl sera assemblée en Italie par la Manifattura Automobili Torino, à 50 exemplaires seulement. Chacun demande 2,9 millions d'euros minimum et un acompte préalable de 50.000€. Les premières livraisons sont annoncées pour le deuxième trimestre 2020.

A lire aussi : Lotus Evija VS Pininfarina Battista : le match !

Photo de Maxime K

posté par :
Maxime K

Réagissez