Publié le 25/11/2019 à 09:53

F1 - Le dernier virage de Zandvoort sera très incliné

F1 - Le dernier virage de Zandvoort aura une forte inclinaison

Le dernier virage de Zandvoort va être totalement modifié pour avoir une inclinaison plus forte que de nombreux ovales utilisés en IndyCar.

Le circuit de Zandvoort va à nouveau accueillir le Grand Prix des Pays-Bas en 2020. D'importants travaux de rénovation sont effectués sur le circuit et des virages sont remodelés, pour les adapter à la vitesse des F1.

Découvrez le spectaculaire banking de Zandvoort [photos]

Le dernier virage du circuit, qui porte le nom du double vainqueur des 500 miles d'Indianapolis Arie Luyendyk, va adopter une inclinaison similaire à celle des ovales américains, ce qui devrait devenir la spécificité de Zandvoort.

« Le virage sera le plus spectaculaire du nouveau circuit, c'est une certitude, » a déclaré Robert van Overdijk, le directeur général du circuit, sur la radio BNR Nieuwsradio. « Le virage aura une inclinaison de 32%, donc l'écart entre le bas et le haut du virage sera d'environ 4,5 mètres. C'est considérable. »

Considérable à tel point que de nombreux ovales au calendrier de la NASCAR ou de l'IndyCar n'ont pas une telle inclinaison. Elle sera de 18° à Zandvoort alors qu'elle est de 9,2° dans les virages d'Indianapolis. Dans le calendrier actuel de l'IndyCar, seul le circuit du Texas a une inclinaison plus forte que celle prévue à Zandvoort, avec des virages jusqu'à 24°.

« En fait, nous mettons un virage américain sur un circuit américain, » souligne van Overdijk. « C'est totalement unique. »

Un autre virage va être relevé

Le troisième virage de Zandvoort, Hugenholtz, va également être relevé, avec une inclinaison plus modeste que dans le dernier virage.

« Il va prendre une forme parabolique, donc deux voitures pourront prendre le virage côte-à-côte, et surtout, à la même vitesse, » explique van Overdijk. « L'inclinaison va varier entre 8 et 18%, pour atteindre cet objectif. »

Parmi les autres changements, plusieurs virages ont être élargis, Zandvoort étant une piste très étroite pour le moment. La ligne de départ va également être déplacée pour être rapprochée du premier virage.

Des rumeurs indiquent depuis plusieurs mois que Zandvoort pourrait avoir du mal à finir les travaux avant la course, prévue le 3 mai. La F1 aurait déjà planifié des changements si le circuit n'est pas prêt.

Sur le même thème :
- Calendrier F1 2020
- Un tour de Zandvoort modernisé avec Verstappen [VIDEO]
- Verstappen impressionné par les bankings de Zandvoort
- Les travaux avancent à Hanoï et à Zandvoort [vidéos]
- Zandvoort va garder ses graviers
- Vidéo : Un tour du circuit de Zandvoort
- Toutes les infos sur le Grand Prix des Pays-Bas 2020

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)4

mardi 26 novembre 2019 à 10:29 hmmm dit : Non, rien à voir avec "précautions" de la part de Michelin ou, "scrupules" de la part de Bridgestone. La décision fût prise après les éclatements de pneus Michelin sur les voitures de Zonta (sur une portion non dénivelé) et Ralf Schumacher (dans le virage dénivelé). Ralf s'est même blessé au dos suite à l'impact et n'a pas pu participer aux qualifications (remplacé par Zonta) et n'aurait pas pu participer à la course non plus. La carcasse des pneus Michelin n'était tout simplement pas assez rigide, contrairement à celle de Bridgestone, qui n'ont pas montré de signes de fatigue après vérifications approfondies, faites après les essais libres et les qualifications. Michelin a tout simplement soit mal estimé les charges, soit pris trop de risques.

mardi 26 novembre 2019 à 08:39 atypik dit : Michelin à l'époque avait appliqué ce qu'on appelle le principe de précaution vis à vis du risque de déchapage de ses gommes il fallait avoir le courage de le faire d'autres ont eu moins de scrupules.

lundi 25 novembre 2019 à 22:02 Hmmm dit : Si tu fais allusion au grand prix des états unis 2005, Bridgestone n'avait pas fait la gueule, contrairement à Michelin. Pour Pirelli ce sera difficile certes. Mais faut pas oublier que le dénivelé sera deux fois plus important qu'en 2005. La vitesse et le poids des voitures sont elles aussi plus élevés qu'en 2005. Ajoutons à cela qu'en 2005, et contrairement à aujourd'hui, les équipes / fabricants de pneus pouvaient tester autant qu'ils le voulaient. Néanmoins, je suis confiant que Pirelli y arrive.

lundi 25 novembre 2019 à 12:59 atypik dit : C'est Pirelli qui va faire la gueule 😣