Publié le 02/12/2019 à 10:42

F1 - La FIA s'explique sur la défaillance du DRS

F1 - La FIA s'explique sur le problème de DRS à Abou Dhabi

Un problème sur un serveur a provoqué les soucis de DRS à Yas Marina. La direction de course a préféré agir avec prudence.

Les pilotes ont été privés du DRS dans les 18 premiers tours du Grand Prix d'Abou Dhabi. Un problème de serveur a poussé la direction de course à bloquer toute utilisation de l'aileron arrière mobile.

« Le système de chronométrage a continué à fonctionné, comme nous l'avons vu, mais (un serveur) a eu un problème et nous avons immédiatement désactivé (le DRS), » a expliqué Michael Masi, le directeur de course, à ESPN. « Après avoir eu la certitude à 100% qu'il était relancé, mais aussi relancé avec les bonnes données, nous l'avons à nouveau autorisé. »

« Nous avons plusieurs processus de contrôle entre la FIA et F1 Group, pour garantir que tout fonctionne comme sur des roulettes. Jusqu'à en avoir la certitude, nous ne pouvions pas risquer (une relance du système). »

« (Le DRS) n'aurait pas été disponible pour tout le monde et je préfère sincèrement ne pas penser aux conséquences précises, mais la mesure de précaution était de tout désactiver. »

Plusieurs pilotes ont été touchés

L'absence du DRS a compliqué la course de plusieurs pilotes, comme Valtteri Bottas qui devait gagner des places dans la première partie de la course.

« L'absence du DRS était un peu ennuyeuse, cela a un peu compliqué les choses au début, pour gagner des places, » a confirmé Bottas dans F1 Paddock Pass, l'émission de la F1 sur YouTube. « Quand on voit à quel point c'était serré à la fin (avec Leclerc)... Cela aurait aidé mais c'est comme ça. »

Sebastian Vettel espérait profiter de ses pneus tendres dans le premier relais pour tenter un dépassement sur Max Verstappen et l'aileron mobile aurait aussi pu l'aider : « L'absence du DRS n'a pas aidé parce qu'il a eu un problème au moment où j'avais un avantage au niveau des pneus, » a précisé le quadruple champion du monde dans le même programme.

Les dépassements sont difficiles à Yas Marina et Daniel Ricciardo pense que le DRS a encore plus d'importance sur ce tracé : « C'est sûr qu'il faut le DRS sur certaines pistes, » a précisé le pilote Renault à ESPN. « Celle-là en fait partie ! »

Sur le même thème :
- Course : Hamilton domine à Abou Dhabi
- Le souci de DRS a-t-il privé Bottas d'un podium ?
- Toutes les infos sur le Grand Prix d'Abou Dhabi 2019

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez