Publié le 27/01/2020 à 10:32

La F1 ne veut pas quitter les chaînes payantes

La Formule 1 ne veut pas quitter les chaînes payantes

La F1 estime que les chaînes payantes, comme Canal + en France, font un « travail fantastique » dans la couverture du championnat.

La Formule 1 a annoncé une hausse de ses audiences en 2019. Le championnat est pourtant de plus en plus présent sur des chaînes payantes, comme Canal + en France, qui a prolongé son contrat jusqu'en 2022. La F1 ne pense pas que les chaînes payantes sont un problème. Elle est satisfaite de la couverture offerte par ces chaînes, qu'elle considère meilleure que celle des chaînes gratuites.

« Cela va sans dire qu'un diffuseur en clair va générer une audience plus importante qu'un diffuseur payant, » déclare Ian Holmes, directeur des droits pour la F1. « C'est un peu une simplification à l'extrême. Tout d'abord, il y a des éléments commerciaux à prendre en compte mais il faut aussi voir qui sont les téléspectateurs, la démographie, et donc voir à qui nous nous adressons. »

« De plus, la télévision payante offre souvent une couverture bien plus étendue et je pense que l'on peut dire que Sky (le diffuseur britannique) et Canal + continuent à faire tout leur possible pour améliorer le niveau de la couverture de la F1, en offrant aux supporters bien plus que tout ce qui a déjà existé, et ils font un travail fantastique. »

« Ensuite, il y a des gens qui consomment le contenu de la F1 sur les différents canaux numériques et sociaux de nos partenaires diffuseurs, et sur nos propres plateformes et chaînes. »

Le numérique joue un rôle important sur les audiences

La F1 compte beaucoup sur les réseaux sociaux pour toucher un nouveau public, toujours plus important. Le nombre de personnes abonnés aux différents comptes de la F1 a augmenté de 32,9% en 2019.

« Nous avons eu une croissance exceptionnelle sur les réseaux sociaux ces dernières années, et nous sommes mêmes surpris que le rythme de croissance se maintienne, pour notre quatrième année d'investissement dans ce domaine, » précise Frank Arthofer, responsable du numérique de la F1. « Il y a quelque chose d'unique dans le contenu, qui trouve écho avec les supporters. »

« Nous ne pensons pas qu'il y a un élément précis, c'est plutôt une collection d'initiatives. L'humour est un langage universel et les données montrent qu'il s'agit du contenu qui créé le plus d'interactions. Nous essayons aussi de donner la voix à nos supporters, par exemple nous travaillons avec eux pour coproduire du contenu en 2020. »

F1 TV, podcasts.... De nouveaux outils sur le numérique

Le développement de la F1 sur le numérique ne passe pas que par les réseaux sociaux. La série de Netflix, Drive To Survive, dont la deuxième saison sera mise en ligne à la fin du mois de février, a permis de séduire de nouveaux supporters, notamment aux Etats-Unis. Pour les plus passionnés, la Formule 1 a mis en place son service de streaming, F1 TV, qui permet d'accéder à toutes les caméras embarquées en direct. Le championnat est satisfaite de ce service.

- Drive to Survive : Que nous apprend la saison 2 ?

« Après les soucis techniques rencontrés au lancement de F1 TV, nous pensons avoir mis en place de bonnes expériences qui permettent aux histoires et au contenu de briller, » explique Arthofer. « Nous sommes satisfaits que l'investissement dans ce domaine ait cet effet pour les supporters (avec une hausse des interactions de 100% en un an) et nous voulons continuer à investir pour améliorer nos produits numériques. »

Arthofer estime qu'il y a encore « beaucoup à faire » et de nouveaux services seront proposés en 2020 : « A court terme, nous avons plusieurs projets de podcasts, que nous allons bientôt annoncer, » précise-t-il. « Nous travaillons également avec les sponsors pour renforcer les publicités sur le numérique et le contenu sponsorisé, nous pensons que le contenu sponsorisé représente l'aventure du marché publicitaire international et nous pouvons être le championnat leader, pour créer de la valeur pour les partenaires. »

Sur le même thème :
- F1 2020 : Où suivre le championnat à la TV et en streaming ?
- Canal + Formula 1 : Une nouvelle chaîne 100% F1
- F1 TV va diffuser l'intégralité des essais de Barcelone
- F1 TV baisse sensiblement son tarif en France
- La F1 voit l'avenir sur des chaînes payantes
Audiences : « Une bonne croissance » en 2019
- Audiences : La F1 bat ses records sur Canal +
- De plus en plus de téléspectateurs sur les Grands Prix
- F1 2020 : Les 10 grandes questions de la saison
- Calendrier F1 2020
- Calendrier des essais 2020
- Le calendrier des essais et des présentations

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)1

mardi 28 janvier 2020 à 11:34 JGB dit : Tout cela pour nous expliquer que la principale raison est que les chaines payantes sont beaucoup plus rentables ! Toucher le plus de spectateurs possible n'est pas leur but principal et on peut même se demander si la F1 les intéresse. Ce ne sont que de vulgaires commerçants