Publié le 04/03/2020 à 14:04

Koenigsegg Gemera (2020) : l'incroyable méga-GT !

Koenigsegg Gemera (2020) : une méga GT hybride surpuissante et surprenante

La Gemera est une GT quatre-places hybride rechargeable à moteur trois-cylindres, forte de 1.700ch. Vous avez bien lu.

Koenigsegg vient de dévoiler la Gemera, une "méga GT" hybride rechargeable à quatre places pour laquelle le constructeur annonce des spécifications hors du commun. Si la firme suédoise était encore inconnue, cette fiche technique pourrait paraître farfelue et serait plus que sujette à caution. Or, même si l'on attendra bien sûr de pouvoir juger sur pièce, force est de constater que Koenigsegg a fait ses preuves à grand renfort d'innovations techniques en bientôt 26 ans d'existence. Et si les caractéristiques de la Gemera se confirmaient, le petit artisan d'Angelholm donnerait un grand coup de pied dans la fourmilière des marques de prestige. Ceci posé, place aux présentations.

Extérieurement, la Gemera se veut relativement sobre. Mesurant 4,98m de long pour 1,99m de large et 1,30m de haut, elle dispose d'un empattement de 3m et de porte-à-faux courts, typiques de la marque comme le pare-brise courbé inspiré par les avions de chasse. Elle repose sur des jantes de 21 pouces à l'avant et 22 pouces derrière chaussées de Michelin Pilot Sport 4S (Cup R3 en option). La face avant est inspirée par le prototype Koenigsegg CC de 1996, premier véhicule de la firme. Les lignes sont fluides mais les larges prises d'air du bouclier avant et des flancs ainsi que les extracteurs arrière traduisent le tempérament de l'engin. Le pavillon s'étend jusqu'à un spoiler intégré à la poupe et reliant les feux, une configuration qui n'est pas sans rappeler la Porsche 718 Cayman. De chaque côté, une immense porte dièdre s'ouvre sur un habitacle pouvant loger quatre grands adultes selon Koenigsegg. La voiture dispose de deux coffres cumulant 200L de volume, assez pour loger trois valises "cabine" dans celui de derrière et une à l'avant.

Trois cylindres, 1.700ch

La Gemera est un coupé à moteur central-arrière. Pour faire rentrer un moteur thermique entre l'habitacle et l'essieu arrière, Koenigsegg a opté pour un "gros" trois-cylindres 2L essence biturbo à carter sec doté du système FreeValve maison, donc sans arbre à cames. Ce moteur surnommé TFG (Tiny Friendly Giant) développe 600ch à 7.500 trs/mn et 600Nm de couple entre 2.000 et 7.000 trs/mn avec un rupteur placé à 8.500 trs/mn. Il alimente les roues avant, secondé en cela par un moteur électrique de 400ch et 500Nm intégré à l'arbre de transmission. A l'arrière se trouvent deux moteurs électriques de 500ch et 1.000Nm chacun associés aux roues arrière. Il en résulte une puissance combinée de 1.700ch et un couple maximal de 3.500Nm selon Koenigsegg. La transmission s'opère par la boîte à rapport unique DirectDrive déjà employée sur la Regera, les moteurs électriques se chargeant de compenser les différences de rotation entre les différents éléments mécaniques.

La Gemera est donc dotée d'une transmission intégrale, avec répartition du couple par embrayages hydrauliques sur chaque essieu, mais aussi de quatre roues directrices. Son châssis monocoque comme sa carrosserie sont en fibre de carbone, et associés à des berceaux avant et arrière en aluminium. L'auto pèse 1.850kg à vide selon ses concepteurs. Disques et étriers de freins en céramique (415mm à l'avant, 390mm à l'arrière). Suspension réglable ou encore barres anti-roulis ajustables comptent parmi les attributs du véhicule.

Les performances

Côté chiffres, Koenigsegg annonce 1,9s pour passer de 0 à 100 km/h et moins de 20s pour atteindre 400 km/h. La petite batterie de 16,6 kWh à tension de 800V permet de parcourir 50km à l'électricité seule selon le constructeur. Dans ce mode, la Gemera est tout de même capable d'atteindre 340 km/h. Son autonomie totale annoncée est de 1.000km.

Le trois-cylindres est "flex-fuel" et peut carburer aussi bien au sans-plomb qu'au E85 mais aussi aux biocarburants tels que le méthanol, ce qui donne à la voiture le potentiel de ne pas rejeter de CO2 selon Koenigsegg.

Mégacar, mais GT

Extrême dans ses capacités donc, la Gemera est avant tout une GT dont le nom provient de la contraction de mots suédois signifiant "donner plus", une trouvaille de la mère du fondateur et PDG Christian Von Koenigsegg. Rétro-caméras (auxquels peuvent s'ajouter des miroirs), caméra de recul, sièges avant électriques (en carbone tout de même), système audio à 11 haut-parleurs plus caisson de graves, écran central de 13 pouces à l'avant comme à l'arrière, connexion Internet, chargeurs sans fil, aide au maintien dans la voie ou encore freinage d'urgence autonome font ainsi partie des équipements annoncés. L'habitacle compte pas moins de huit porte-gobelets.

A bord, l'ambiance est épurée et l'instrumentation minimaliste. Un petit écran face au conducteur sert de tableau de bord tandis que les commandes sont regroupées entre le volant et le grand écran de la console centrale.
Le prix de la Koenigsegg Gemera n'a pas été communiqué mais devrait en faire le modèle le moins cher de la marque. Il pourrait tout de même dépasser le million d'euros. 300 exemplaires doivent être produits, à partir de 2022.

A lire aussi :
L'Aston Martin V12 Speedster (2020) au grand jour !

Photo de Maxime K

posté par :
Maxime K

Réagissez