Publié le 06/03/2020 à 14:28

F1 2020 : Comment fonctionnent les pénalités moteur ?

Comment fonctionnent les pénalités moteur en Formule 1 en 2020

Les pénalités moteur évoluent en F1 en 2020. Le quota augmente pour le MGU-H mais le principe d'application des sanctions reste le même.

Les différents éléments du groupe propulseur sont limités en nombre à chaque saison en Formule 1. Quand un pilote dépasse son quota, il reçoit une pénalité sur la grille de départ. Pour la saison 2020 de F1, le nombre de pièces évolue mais le principe d'application des pénalités reste le même.

- Coronavirus : La FIA annonce de nouvelles mesures en F1

Le groupe propulseur est composé du moteur, du turbo, du MGU-H (le système qui récupère l'énergie provenant de la chaleur de la turbine du turbo), du MGU-K (qui récupère l'énergie au freinage), de la batterie de l'ERS (qui stocke l'énergie récupérée par le MGU-H et le MGU-K) et du système électronique.

En 2019, le moteur, le turbo et le MGU-H étaient limités à trois exemplaires pour la saison, et les autres éléments à deux exemplaires. Cette année, un troisième MGU-K est autorisé.

Cette mesure a été prise en raison de l'allongement du calendrier, avec 22 courses au programme. Le Grand Prix de Chine a été reporté mais même si la F1 ne trouve pas de nouvelle date pour cette course, il n'est pas prévu de faire évoluer le quota.

Le troisième MGU-K permettra aux équipes et aux motoristes d'avoir le même cycle de renouvellement pour les principaux éléments qui composent le groupe propulseur.

Le principe des pénalités moteur reste le même

La nature des pénalités moteur ont beaucoup évolué depuis le lancement des groupes propulseurs en 2014. Le règlement 2020 reste identique à celui de la saison précédente.

Quand un pilote dépasse pour la première fois le quota d'un élément, il reçoit une pénalité de 10 places sur la grille de départ. S'il dépasse à nouveau le quota pour ce même élément, la pénalité est de cinq places. Cela signifie que l'utilisation d'un quatrième moteur entraîne une pénalité de 10 places mais que pour chaque moteur supplémentaire, la pénalité est de cinq positions.

Si plusieurs éléments sont remplacés durant le même week-end de course, les pénalités se cumulent. Dès qu'un pilote atteint 15 places de pénalité, il est envoyé en fond de grille et le nombre de places de pénalité n'est plus pris en compte. Dans le cas où sur une même course, plusieurs pilotes sont envoyés en fond de grille en raison de pénalités moteur, leurs positions sur la grille sont définies par leur classement en qualifications. Ils sont ainsi incités à rouler durant cette séance, même s'ils devront partir en fond de grille.

Les pénalités moteur ont été nombreuses en 2019. Lewis Hamilton, Romain Grosjean et Kevin Magnussen sont les seuls à avoir respecté le quota de tous les éléments. Au total, 15 pilotes ont dépassé le quota des moteurs, 13 celui des turbos, des MGU-H et des batteries, 10 celui des MGU-K et huit celui des systèmes électroniques. A noter que si une équipe fait un changement de pilote pendant la saison, le quota n'est pas remis à zéro, puisqu'il est associé à une voiture, et pas à un pilote.

D'autres pénalités sur la grille de départ peuvent s'ajouter, notamment suite à une infraction d'un pilote ou en cas de changement de boîte de vitesses interdit. Les pilotes doivent utiliser les boîtes de vitesses durant six week-ends de courses consécutifs, en ne comptant que le samedi et le dimanche. Ils sont libres d'utiliser des boîtes de différentes le vendredi.

Sur le même thème :
- F1 2020 : Ce qui change dans le règlement technique
- F1 2020 : Ce qui change dans le règlement sportif
- Drive to Survive : Netflix a mis la saison 2 en ligne
- Drive to Survive : Que nous apprend la saison 2 ?
- Canal + Formula 1 : Une nouvelle chaîne 100% F1
- F1 2020 : Les 10 grandes questions de la saison
- Calendrier F1 2020

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez