Publié le 11/03/2020 à 16:25

Ferrari veut « donner le sourire » à l'Italie

Ferrari veut « donner le sourire » à l'Italie, très touchée par le coronavirus

Mattia Binotto espère que Ferrari pourra redonner le sourire à l'Italie durant le Grand Prix d'Australie. Il reconnaît que des progrès sont nécessaires.

Ferrari est bien présente à Melbourne, pour le début de la saison 2020 de F1, malgré les restrictions imposée en Italie pour limiter la propagation de l'épidémie de coronavirus. Mattia Binotto, le patron de la Scuderia, espère une bonne prestation pour redonner le sourire aux zones du monde les plus touchées par l'épidémie.

- Le Grand Prix d'Australie annulé en F1

« Dans un moment difficile pour l'Italie et l'ensemble de la planète, dans notre rôle de sport international, il est de notre devoir d'essayer de donner le sourire aux gens, alors qu'ils s'apprêtent à suivre la première course de la saison avec autant d'impatience que nous, » déclare l'Italien.

Ferrari a reconnu qu'elle n'était pas au niveau de Mercedes et Red Bull pendant les essais de Barcelone, mais la Scuderia garde l'espoir pour la saison 2020 : « Nous savons que nous faisons face à une forte concurrence, mais nous savons aussi que c'est le début d'une longue saison durant laquelle le rythme de développement, la fiabilité et l'efficacité de nos opérations seront essentiels, » souligne Binotto, qui concède qu'il a « des progrès à faire » chez Ferrari.

Vettel et Leclerc apprécient le circuit de Melbourne

Sebastian Vettel apprécie le circuit de Melbourne et les difficultés imposées par le tracé, notamment en raison de sa surface bosselée : « En fait, c'est cette particularité qui fait de la piste un véritable défi technique et c'est probablement pour cette raison que les pilotes l'aiment autant, » souligne l'Allemand. « La première course de la saison est toujours particulière et je pense que nous aurons une meilleure idée de la hiérarchie que pendant les essais. »

Charles Leclerc aime aussi les difficultés du circuit de Melbourne : « La piste est vraiment fantastique, parce que c'est un circuit urbain et que j'ai toujours aimé rouler entre les murs, même s'il y a aussi des portions très rapides, » souligne-t-il. « Mais c'est également différent parce que la surface est poussiéreuse, surtout au début du week-end, et qu'elle n'offre pas autant d'adhérence qu'un circuit permanent. »

« Les caractéristiques de l'Albert Park font qu'il ne pardonne rien et que la moindre erreur peut coûter cher, donc il faut être concentré en permanence au volant. »

Sur le même thème :
- GP d'Australie 2020 : Le programme TV
- GP d'Australie 2020 : Tout ce qu'il faut savoir
- Coronavirus : Hamilton « choqué » que la course ait lieu
- Coronavirus : Les pilotes ne parleront pas aux télévisions
- Coronavirus : Des membres de McLaren et Haas ont été testés
Coronavirus : Abiteboul est « inquiet » et « gêné »
- F1 2020 : Où suivre le championnat à la TV et en streaming ?
- Drive to Survive : Netflix a mis la saison 2 en ligne
- Drive to Survive : Que nous apprend la saison 2 ?
- F1 2020 : Les 10 grandes questions de la saison
- Calendrier F1 2020
- Toutes les infos sur le Grand Prix d'Australie 2020

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez