Publié le 01/04/2020 à 15:12

La F1 pourrait repousser son nouveau règlement à 2023

La Formule 1 pourrait repousser son nouveau règlement à 2023

Le nouveau règlement de la F1, déjà repoussé à 2022, pourrait finalement attendre 2023. Christian Horner estime que de nouvelles mesures sont indispensables.

La Formule 1 pourrait encore prendre des mesures de réduction des coûts en raison de la pandémie de coronavirus. La principale décision déjà prise est le report du nouveau règlement à la saison 2022, avec une interdiction de travailler sur ces changements pendant l'année 2020. Les équipes devront également garder les châssis de 2020 pour la saison 2021. De nouvelles mesures sont à l'étude et les gros changements réglementaires pourraient finalement attendre une année de plus selon Christian Horner, le patron de Red Bull.

« Nous discutons (...) de la possibilité de repousser d'une année supplémentaire le nouveau règlement, parce qu'à mes yeux, il serait totalement irresponsable d'augmenter les coûts en 2021, » a déclaré l'Anglais à la BBC. « Cela a l'air d'être plutôt accepté mais il faut que ce soit ratifié par la FIA, afin de repousser ces coûts de développement à 2022, avant une introduction dans la saison 2023. »

« En ce moment, le plus important est la stabilité. Parce que nous savons qu'un changement entraîne des dépenses, et  que le manière la plus responsable de faire baisser les coûts est de geler au maximum le développement des voitures. »

Horner précise qu'un gel de « 60% de la monoplace, en dehors de l'aérodynamique » est possible entre les saisons 2020 et 2021. Le développement des suspensions, des roues et des boîtes de vitesses pourrait être interdit. Le plafonnement des budgets pourrait également être revu à la baisse, pour passer de 175 millions de dollars (160,1 millions d'euros) à 150 millions de dollars (137,2 millions d'euros) par an.

Horner espère que la F1 travaillera collectivement

Frédéric Vasseur, le patron d'Alfa Romeo, estime que la F1 traverse « la plus grosse crise de son histoire » et il estime aussi que de nouvelles mesures sont nécessaires. Toto Wolff, patron de Mercedes Motorsport, a demandé à la F1 de rester unie et Christian Horner partage son opinion.

« La F1 est un milieu solide, avec une immense histoire, » souligne Horner. « La F1 y survivra. Que toutes les équipes y survivent, c'est une autre histoire, et il est de la responsabilités de tous les dirigeants d'équipe d'agir dans l'intérêt du championnat, (de penser) à tous ses participants et de faire notre mieux pour garantir que les 10 équipes traversent cette période. »

La F1 a déjà été touchée par la crise économique de 2008, mais la situation est différente selon Horner : « Nous faisions encore des courses, il y avait encore un calendrier, » souligne-t-il. « Le problème était plus clairement visible, alors qu'actuellement, nous sommes plus à l'aveugle. »

Il attend cependant de fortes conséquences sur les équipes : « Evidemment, les rentrées d'argent sont vraiment touchées. Nous ne savons pas encore dans quelle mesure la F1 sera touchée. Toutes les équipes ont répondu d'une manière responsable et collective. »

Horner compte sur le soutien de Liberty Media, qui gère l'aspect commercial du championnat. L'Anglais estime que Liberty a « beaucoup d'argent » et « une vision à long terme » : « Je pense qu'ils feront ce qu'il faut pour assurer la continuité du championnat, » précise-t-il.

Sur le même thème :
- F1 Esports Virtual Grand Prix Series : De l'esport à la place des courses annulées
- Coronavirus : La liste des courses reportées ou annulées
- Les 10 programmes sur la F1 à voir pendant le confinement
- Comment la F1 envisage de remodeler le calendrier 2020
- F1 2020 : Où suivre le championnat à la TV et en streaming ?
- Drive to Survive : Que nous apprend la saison 2 ?
- Calendrier F1 2020

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez