Publié le 09/04/2020 à 09:13

Budgets : Ferrari craint des décisions « émotionnelles »

Budgets : Mattia Binotto craint des décisions « émotionnelles »

Mattia Binotto n'est pas favorable à une réduction trop forte du plafond des budgets. Le patron de Ferrari estime que certaines équipes ont un statut différent.

La pandémie de coronavirus a de fortes conséquences sur le budget des équipes et Zak Brown, le directeur général de McLaren, pense que des mesures sont nécessaires. Le budget plafonné sera introduit en 2021, à 175 millions de dollars (161,25 millions d'euros) par an mais l'Américain aimerait l'abaisser à 100 millions de dollars (92,12 millions d'euros). Mattia Binotto, le patron de Ferrari, n'y est visiblement pas favorable. Il estime que la F1 doit « prendre des décisions basées sur des faits et pas sur des émotions » dans la période actuelle et qu'elle ne doit pas oublier que toutes les équipes n'ont pas les mêmes structures. A ses yeux, imposer une limite trop basse n'aurait pas de sens.

- Budgets : La FIA pourra se passer de l'accord de Ferrari
- Ferrari dément une volonté de quitter la F1
- Coronavirus : Jean Todt travaille sur un « plan d'urgence »

« (Les budgets sont) certainement une inquiétude, » a confié l'Italien à Sky Sports F1. « Nous avons conscience des difficultés de certaines équipes et nous avons vraiment conscience que nous devons réduire les dépenses, pour l'avenir de la F1. La réduction des coûts est le premier moyen de garantir la survie de chaque équipe. Nous discutons d'une réduction du plafonnement des budgets mais il ne faut pas oublier que nous avons des structures et des actifs différents. Certaines équipes sont des constructeurs, comme Ferrari et d'autres top teams, et nous concevons, développons, homologuons et produisons chaque pièce de nos voitures. D'autres équipes sont des clients, qui achètent des pièces, et elles n'ont pas les mêmes structures. »

« Donc en discutant du budget plafonné, il ne faut pas oublier que nous avons des situations différentes et qu'il est important de trouver un terrain d'entente, qui correspondra aux différentes situations et peut-être que la réponse n'est pas un budget plafonné égal pour toutes les équipes. »

Ferrari sera-t-elle pénalisée par le report du règlement ?

La F1 a déjà décidé de reporter le nouveau règlement à la saison 2022. Mattia Binotto estime que cette décision était « la bonne » et qu'elle était « responsable » mais que Ferrari sera « probablement » plus pénalisée que les autres par cette décision. « Je pense que nous sommes les challengers (face à Mercedes), et que nous voulons aussi toujours faire mieux qu'avant, » précise-t-il.

Il soutient quand même la décision : « La situation d'urgence à laquelle nous faisons face devient la priorité, pas seulement les intérêts d'une équipe, » souligne Binotto. « (Il faut) regarder les choses et la situation dans leur ensemble. »

Il souhaite que les décisions prises pour réduire les coûts préservent la concurrence entre les équipes : « Nous savons que nous allons être confrontés à des situations difficiles mais nous devons aussi préserver l'ADN et l'essence de la F1, qui est la compétition, et il ne faut pas oublier cet aspect dans la F1 et le sport automobile, » indique Binotto.

Sur le même thème :
- Budgets : McLaren pense que Ferrari « vit dans le déni »
- Coronavirus : L'équipe Williams espère « survivre »
- Coronavirus : McLaren s'inquiète des finances de la F1
- Les pilotes de F1 pendant leur jeunesse ! [photos]
- Les 10 programmes sur la F1 à voir pendant le confinement
- F1 2020 : Où suivre le championnat à la TV et en streaming ?
- Drive to Survive : Que nous apprend la saison 2 ?
- Calendrier F1 2020

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)1

jeudi 09 avril 2020 à 22:24 Juju dit : 100 millions de $ maximum par saison et par équipe, ça devrait quand même permettre de préserver l'adn de la F1. Ferrari a peur de quoi ? Se faire damer le pion par Williams ? Et alors, c'est arrivé dans des années 80 et 90 et la F1 s'en est bien portée.