Publié le 09/04/2020 à 18:00

Bugatti : Hellé Nice, pilote, et bientôt nom d'un modèle ?

Bugatti: retour sur la pilote Hellé Nice qui pourrait donner son nom à un modèle

Après Chiron et Divo, Bugatti rappelle la pilote Hellé Nice à notre bon souvenir. Avant un modèle à son nom ?

En janvier dernier, Bugatti réunissait en vidéo trois pilotes emblématiques de ses premières années : Louis Chiron, Albert Divo et Hellé Nice. Il ne vous aura pas échappé que les noms des deux premiers désignent maintenant des modèles de la marque contrairement à celui de la troisième, l'une des rares femmes pilotes à être devenues célèbres avant d'être oubliée de beaucoup...jusqu'à aujourd'hui ? Car voilà que le constructeur alsacien la remet, discrètement mais certainement, une nouvelle fois en lumière.

Pour conclure un message portant sur le télétravail chez Bugatti en cette période de confinement due à la pandémie de coronavirus Covid-19, Stephan Winkelmann, PDG de l'entreprise, évoque ses lectures du moment et révèle : "J'ai en outre sur mon étagère un livre sur la 'Bugatti Queen' relatant l'histoire de la pilote française, Hellé Nice, qui a conduit la Bugatti 35 C. C'est le prochain livre que je vais lire." Le dirigeant fait possiblement référence au livre "Bugatti Queen", une biographie de Hellé Nice signée Miranda Seymour et parue en 2005. Les équipes de Bugatti se plongeraient-elles dans l'histoire de Hellé Nice et de ses relations avec la marque pour développer un véhicule portant son nom ? Possible. Par le passé, le constructeur a rendu hommage à d'autres pilotes que Chiron et Divo via des exemplaires uniques de Veyron constituant la série "Légendes de Bugatti".

Qui était Hellé Nice ?

Mais qui était donc cette fameuse Hellé Nice ? Née Mariette Hélène Delangle le 15 décembre 1900 dans le village d'Aunay-sous-Auneau (28), elle s'installe à Paris à 16 ans et devient, au sortir de la première guerre mondiale, modèle puis danseuse nue sous le pseudonyme Hellé Nice. Ses talents comme ses choix de carrière et de fréquentations lui apportent notoriété et aisance financière. En parallèle, elle nourrit une passion pour les automobiles de sport et le sport automobile. A la fin des années 1920, elle décide devenir pilote de métier.

Dès 1929, elle s'illustre en battant un record de vitesse sur l'anneau de Montlhéry au volant d'une Omega-Six lors de sa première course professionnelle. Par la suite, elle enchaîne les succès et les records sur piste, suscitant autant d'admiration que d'irritation dans ce milieu ô combien masculin. Entre autres véhicules, Hellé Nice construit sa réputation au volant de modèles Bugatti dont la célèbre Type 35 C, et fréquente la famille du fondateur Ettore.

Gloire, suspicion puis oubli

Durant une course au Brésil en 1936, Hellé Nice est blessée suite à un accident ayant fait par ailleurs plusieurs morts, et reste trois jours dans le coma. Elle reprend le volant sur circuit dès 1937. Au Brésil, elle est devenue si populaire que nombre de filles qui naissent alors sont prénommées Helenice ou Elenice. Hellé Nice continue à courir jusqu'en 1939 et l'éclatement de la seconde guerre mondiale.

Durant la guerre, Hellé Nice achète une maison à Nice et s'y installe avec son compagnon d'alors. En ces temps difficiles, cette acquisition immobilière soulève des interrogations. En 1949, la pilote s'engage pour le premier rallye de Monte-Carlo d'après-guerre. Là, elle est accusée d'avoir collaboré avec les nazis en travaillant pour la Gestapo durant l'occupation. Cette terrible accusation est formulée par un autre pilote émérite, qui n'est autre que Louis Chiron. Hellé Nice est alors abandonnée par ses sponsors et ses amis ; sa carrière s'achève et ses finances fondent comme neige au Soleil au cours des années qui suivent. Elle finit par se retrouver seule, célibataire, volontairement oubliée, et par s'installer dans un appartement niçois pour finir modestement sa vie avant de décéder le 1er octobre 1984. Depuis, plusieurs recherches ont été entreprises pour vérifier le fondement des accusations de collaboration, dont les investigations de Miranda Seymour, mais aucune preuve n'est venue les confirmer.

2020 marque le 120ème anniversaire de la naissance de Hellé Nice et Bugatti a annoncé que plusieurs nouveautés seraient présentées cette année. Tout semble donc concorder pour que la prochaine, après la Chiron Pur Sport, rende hommage à cette femme hors-normes.

A lire aussi :
Bugatti dévoile trois projets abandonnés [photos]

Photo de Maxime K

posté par :
Maxime K

Réagissez

Commentaire(s)1

vendredi 17 avril 2020 à 13:54 moggi194 dit : Après que Bugatti ait créé une Chiron, ce serait la moindre des choses – et un clin d'œil ironique – de rendre son honneur à Hellé Nice, dont Chiron a brisé la carrière par diffamation et qu'il a réduite à la misère.