Publié le 10/04/2020 à 14:43

Australie : Todt juge les critiques extrêmement injustes

GP d'Australie : Jean Todt juge les critiques « extrêmement injustes »

Jean Todt estime que les critiques sur l'annulation du GP d'Australie sont injustes. Le Président de la FIA revient sur les jours qui ont mené à cette décision.

La Formule 1 et la FIA ont annulé le Grand Prix d'Australie seulement deux heures avant les premiers essais, en raison de la pandémie de coronavirus. Romain Grosjean s'est dit déçu de la façon dont la décision a été prise et Daniel Ricciardo estime que la F1 a « joué avec le feu » en se rendant à Melbourne. Jean Todt défend la décision prise.

« Je trouve qu'elle a été interprétée d'une manière extrêmement injuste, » a déclaré le Président de la FIA à Julien Fébreau, commentateur des Grands Prix sur Canal +, dans une vidéo publiée par la chaîne. « Je pense que tout ce qui a été fait l'a été d'une manière adaptée. »

Avant de se rendre à Melbourne, la F1 avait le feu vert de toutes les autorités compétentes : « Lorsque la décision d'envoyer le matériel en Australie (et) d'envoyer le personnel en Australie, tout allait bien, » rappelle Jean Todt. « Avant que la décision ne soit prise, nous avions une recommandation de l'organisateur, une recommandation du gouvernement, une recommandation des services de la santé du gouvernement australien pour nous dire que tout était réuni afin que le Grand Prix puisse avoir lieu. »

Jean Todt ne regrette aucune décision

La situation a brutalement changé le jeudi, quand un cas de coronavirus a été identifié chez McLaren. C'est également ce jour là qu'en France, Emmanuel Macron a annoncé la fermeture des écoles, des collègues, des lycées et des universités en France. De nombreux événements ont été annulés le jeudi et le vendredi. A Melbourne, les discussions ont duré toute la nuit, avec des opinions parfois très divergentes.

« Malheureusement, il y cette accélération, cette identification de cas d'une équipe concurrente, en l'occurence McLaren, ce qui fait que McLaren a décidé qu'ils ne participeraient pas à la course, » explique Jean Todt. « A ce moment là, nous avons demandé à ce qu'il y ait une réunion entre les équipes de la FIA, les équipes de (la F1), les équipes engagées en Formule 1. Il y a eu différentes opinions. »

« Les éléments allant à une grande vitesse, il a été décidé quelques minutes avant le départ officiel des essais libres du vendredi, que les éléments n'étaient pas réunis pour pouvoir donner libre cours à l'organisation du Grand Prix. Si c'était à refaire (...), personne n'est infaillible mais je peux vous garantir que nous prendrions exactement la même décision. »

Sur le même thème :
- Coronavirus : Jean Todt travaille sur un « plan d'urgence »
- Accord FIA-Ferrari : Jean Todt aimerait révéler le contenu
- Le GP d'Australie peut-il trouver une nouvelle date ?
- Les pilotes de F1 pendant leur jeunesse ! [photos]
- Les 10 programmes sur la F1 à voir pendant le confinement

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)1

lundi 13 avril 2020 à 14:46 gsrr64 dit : dommage il fut pourtant un très bon patron d'écurie. Apres à 74 ans il est peut être temps de passer la main. L'âge des dirigeants un vrai mal pour la F1 qui ronronne depuis 10 ans.