Publié le 10/04/2020 à 18:46

Coronavirus : Du chômage partiel dans l'équipe Renault

Coronavirus : Du chômage partiel dans l'équipe Renault en F1

Renault a annoncé la mise en place des mesures de chômage partiel dans ses deux usines en F1, à Viry-Châtillon et Enstone.

Les usines des équipes ont été fermées pour une durée allongée à cinq semaines, en raison de la pandémie de coronavirus. Des mesures de chômage partiel ont été mises en place chez McLaren, Williams et au sein de la F1 ces derniers jours et Renault a annoncé des mesures similaires.

A Viry-Châtillon, l'usine moteurs située en France, Renault a mis en place l'activité partielle le 6 avril, pour une durée de 12 semaines. Elle pourra être réduite ou allongée selon l'évolution de la situation. Les représentants du personnel ont été consultés et un accord de solidarité a été passé. Viry-Châtillon abrite plusieurs départements, notamment pour la compétition client. Dans ce cas aussi, le travail reprendra selon l'évolution de la situation.

A Enstone, où est développé et construit le châssis en Angleterre, l'équipe a demandé à bénéficier rétroactivement du dispositif « Job Retention Scheme » (système de protection de l'emploi) mis en place par le gouvernement britannique. La majorité du personnel est en arrêt total d'activité depuis le 1er avril. La date de fin prévue est le 31 mai et elle peut aussi évoluer. Renault va compléter l'allocation du gouvernement pour garantir un minimum de 80% du salaire réel. Le personnel encore en activité et les dirigeants ont réduit leur salaire dans la même proportion.

Renault veut préserver son équipe

La pandémie de coronavirus devrait avoir d'importantes conséquences financières sur la Formule 1 et des discussions sont en cours pour abaisser le plafond des budget, qui sera mis en place en 2021. Renault estime qu'il est nécessaire de prendre des mesures.

« Les conditions très difficiles que nous traversons sur le plan humain et sanitaire et le strict respect des consignes de confinement en France et en Angleterre, ainsi que dans la majeure partie des pays organisateurs de Grand Prix ne permettent pas encore de mesurer l'impact sur notre discipline, » explique Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport Racing. « Il est donc indispensable d'avoir recours à toutes les mesures qui s'offrent à nous afin de traverser au mieux cette période prolongée d'incertitude et d'inactivité tout en préservant l'ensemble de notre équipe, que nous avons construite au cours des quatre dernières années. »

La F1 a décidé de repousser le nouveau règlement à 2022, pour éviter des coûts de développement cette année.

Sur le même thème :
- Coronavirus : La F1 peut-elle perdre quatre équipes ?
- Les pilotes de F1 pendant leur jeunesse ! [photos]
- Les 10 programmes sur la F1 à voir pendant le confinement

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez