Publié le 16/04/2020 à 11:02

Coronavirus : McLaren craint un début de saison trop tôt

Coronavirus : McLaren craint un début de saison trop anticipé

Andreas Seidl, le patron de l'équipe McLaren, estime que la F1 doit faire attention à ne pas lancer sa saison trop tôt, ce qui nuirait à l'image du championnat.

En F1, un début de saison avec des courses à huis clos est de plus en plus envisageable, puisque certains pays européens ont interdit les événements qui rassemblent un large public avant plusieurs mois, comme la France, jusqu'à mi-juillet, ou la Belgique, jusqu'à fin août. Andreas Seidl, le patron de McLaren, estime qu'il ne faut pas reprendre la compétition trop tôt, même si maintenir le maximum de courses est nécessaire sur le plan financier. Seidl voit un enjeu d'image pour la Formule 1. Lancer la saison trop tôt pourrait être mal perçu par le grand public.

« Un élément important sera l'acceptation du public pour que des événements aient à nouveau lieu, » a expliqué l'Allemand selon Motorsport Week. « Il est important de ne reprendre la compétition que quand nous aurons l'équipement pour nous protéger, des tests pour les gens. (Il faut) que ce soit disponible pour les gens qui en vraiment besoin, et que nous ne gâchions pas ces tests ou ce matériel juste pour reprendre la compétition. »

« Je pense qu'il y a un vrai désir des gens, du public, des supporters, surtout dans la période de confinement actuelle, de revoir des événements sportifs, même si ce n'est qu'à la télévision. Mais il y a aussi de nombreux autres aspects à prendre en compte. »

La F1 doit analyser tous les éléments

La Formule 1 a récemment évoqué un début de saison au mois de juillet mais Andreas Seidl estime qu'il est encore trop tôt pour être précis, en raison des différents facteurs à prendre en compte. Une fois que les conditions sanitaires seront remplies, il faudra s'assurer que les courses ont un intérêt pour les promoteurs, sur le plan commercial.

« La (date de lancement de la saison) est un sujet très difficile parce qu'elle dépendra de nombreux aspects, » déclare Seidl. « Le plus important est de protéger nos employés, donc nous ne voulons vraiment pas reprendre la compétition tant que nous n'aurons pas la certitude que nos employés sont protégés. Ensuite, je pense que cela dépendra des mesures des pays qui nous accueillent, sur les déplacements, la vie quotidienne, parce que nous devons voir si nous pouvons sortir et revenir dans nos pays. »

« Il faut attendre les décisions des différents pays pour voir si des courses peuvent se tenir. Nous devrons ensuite voir les décisions des promoteurs, notamment avec des changements de dates pour beaucoup de courses, il faut que les promoteurs y soient prêts et que cela ait du sens sur le plan commercial, pour les promoteurs et pour la Formule 1. »

Sur le même thème :
- F1 2020 : Le nouveau calendrier sera « très différent »
- GP de Belgique 2020 : Spa renonce à sa date fin août
- Les ailerons et les nez les plus bizarres vus en F1 [photos]
- Les pilotes de F1 pendant leur jeunesse ! [photos]
- Coronavirus : Les courses automobiles reportées ou annulées
- Les 10 programmes sur la F1 à voir pendant le confinement

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez