Publié le 16/04/2020 à 14:52

Coronavirus : McLaren s'inquiète des finances de la F1

Coronavirus : McLaren s'inquiète de la situation financière de la F1

McLaren estime que les difficultés économies posées par le coronavirus sont le « dernier rappel » pour que la Formule 1 agisse sur les budgets.

La pandémie de coronavirus a provoqué le report du début de la saison en F1. Les contrats avec les sponsors et les chaînes de télévision sont indexés sur le nombre de courses disputées. Les revenus du championnat et des équipes sont donc en baisse. Les budgets seront plafonnés à partir de la saison 2021, à 175 millions de dollars (160,71 millions d'euros). McLaren demande à abaisser cette somme, comme Jean Todt, le Président de la FIA. Une visioconférence est prévue entre les équipes ce jeudi après-midi.

Ross Brawn voit dans la situation actuelle une opportunité pour assainir les finances des équipes et Andreas Seidl, qui dirige l'équipe McLaren, pense que la F1 doit agir : « Je pense que la crise que nous traversons est le dernier rappel pour un championnat qui n'était pas sain auparavant, et pas viable, par le passé, et maintenant nous sommes à un stade des changements importants et drastiques sont nécessaires, » a déclaré l'Allemand à ESPN. « Comme nous l'avons dit, pour nous le plus important est prendre des mesures importantes pour le plafonnement des budgets. »

« Nous pensons que c'est essentiel avec l'ensemble des pertes financières que nous aurons cette année, dont l'ampleur reste inconnue parce que nous ne savons pas encore quand nous reprendrons la compétition. Je pense qu'il est important d'associer toutes les mesures, comme le gel (du développement) des voitures, etc, pour survive cette année, et qu'il est également important de montrer aux actionnaires que les pertes de cette année pourront être compensées au cours des prochaines années. »

« Nous aimerions évidemment un budget plafonné au montant le plus bas possible, nous avons évoqué la valeur de 100 millions de dollars (91,87 millions d'euros). En même temps, nous savons que la discussion implique de nombreuses parties et beaucoup d'équipes, dont les tailles sont différentes. »

Des équipes comme Ferrari s'opposent à un plafond trop bas.

Seidl pense que des équipes peuvent disparaître

McLaren est l'une des équipes les plus en faveurs d'un plafond plus bas pour les budget. Zak Brown, le directeur général du constructeur, estime que quatre équipes pourraient disparaître et Andreas Seidl est du même avis.

« Ce n'est pas juste une crainte (de perdre des équipes), je pense que c'est une réalité, » prévient-il. « Il y a un vrai risque de perdre des équipes durant cette crise. Une nouvelle fois, nous ignorons quels seront nos revenus cette année, nous ne savons pas quand nous reprendrons la compétition. »

« Evidemment, nous espérons disputer autant de courses que possible et nous pouvons saluer les décisions de Jean Todt (le Président de la FIA), il est important des décisions sortes et de franchir une étape dans le niveau du budget plafonné, ce qui n'aide pas cette année. Pour cette année, nous avons besoin de mesures à court terme, comme le gel du développement, etc. Mais au moins, cela offre un cadre pour les concurrents en Formule 1, afin de rendre le championnat plus viable et sain à l'avenir, pour que les équipes survivent à la crise. »

Sur le même thème :
- Budgets : A quoi jouent Mercedes et Wolff ?
- Budgets : La FIA pourra se passer de l'accord de Ferrari
- La F1 apporte son aide financière à plusieurs équipes
Budgets : McLaren pense que Ferrari « vit dans le déni »
Ferrari dément une volonté de quitter la F1
Coronavirus : L'équipe Williams espère « survivre »
- Vasseur demande des mesures de réduction des coûts en F1
- Les ailerons et les nez les plus bizarres vus en F1 [photos]
- Les pilotes de F1 pendant leur jeunesse ! [photos]
- Les 10 programmes sur la F1 à voir pendant le confinement

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)1

jeudi 16 avril 2020 à 17:50 leon dit : Tous de égoistes qui prechent pour eux et mentent pour les autres