Publié le 27/04/2020 à 12:56

L'unique Ferrari de police officielle (toujours) en vente !

Ferrari 250 GTE (1962) : la seule vraie Ferrari de police est toujours à vendre

L'unique Ferrari existante construite pour la police, une 250 GTE de 1962, est à vendre depuis plusieurs mois.

La police de Milan dispose d'une Ferrari 458 Spider récupérée lors d'une saisie et celle de Dubaï possède une Ferrari FF parmi sa flotte de supercars. Mais, de sources concordantes, Ferrari n'a produit officiellement que deux voitures directement destinées à la police, à savoir deux 250 GTE construites en 1962. L'une d'elles fut détruite quelques semaines après sa sortie d'usine suite à un accident. L'autre existe encore, et elle est proposée à la vente depuis plusieurs mois par Girardo & Co. qui, n'ayant trouvé preneur sur le salon Rétromobile 2020, en fait l'article sur son site web.

Cette voiture est entourée d'une aura de légende. Lors d'une cérémonie tenue en l'honneur de la police par le président italien Giovanni Gronchi en 1962, ce dernier demanda à un officier romain réputé du nom d'Armando Spatafora ce qu'il manquait aux forces de l'ordre. A l'époque, les courses-poursuites étaient fréquentes en Italie. Hors-la-loi et policiers italiens étaient lancés dans une course aux voitures rapides. La police était passée d'Alfa Romeo 1900 à des Giulia 1600 pour ses véhicules d'intervention surnommés "Panteras" mais les délinquants trouvaient toujours plus performant. Aussi Spatafora aurait-il répondu : "Quoi de mieux qu'une Ferrari" ? La demande fut transmise à Enzo Ferrari qui, voyant probablement là l'opportunité de polir l'image de sa marque, ordonna la production de deux 250 GTE pour la police de Rome.

Un pilote dans la police

La police romaine reçut donc deux exemplaires du coupé 2+2 à moteur V12 3L de 240ch carrossé par Pininfarina avec peinture noire, gyrophare, sirène, radio et autres accessoires et inscriptions spécifiques aux autorités de la ville. Spatafora fut chargé de conduire l'auto portant le numéro de châssis 3999, celle qui est aujourd'hui à vendre. On dit que lors des premiers essais sur circuit, le policier fit preuve d'un si bon coup de volant qu'Enzo Ferrari lui aurait proposé un poste de pilote de course. Spatafora aurait refusé en invoquant sa vocation, répondant au Commendatore qu'il ne conduisait que des voitures de police.

Enzo avait peut-être vu juste car, au cours des années qui suivirent, Spatafora et sa Ferrari devinrent célèbres à Rome de par les poursuites parfois spectaculaires et le nombre d'arrestations dans lesquelles ils furent impliqués. La 250 GTE resta en service jusqu'en 1978 et les documents relatifs à ses passages dans les ateliers de Ferrari, fournis avec la voiture pour la vente, font état d'un entretien rigoureux.

Un exemplaire d'exception

En 1972, la Ferrari de police fut vendue aux enchères et acquise par un dénommé Alberto Cappelli. En 1984, Spatafora en reprit le volant pour participer à la course Coppa delle Dolomiti et signa le deuxième meilleur temps. Cappelli revendit la voiture en 2015 après l'avoir fait certifier par Ferrari. Son propriétaire actuel l'a exposée lors de plusieurs concours d'élégance depuis.

La Ferrari 250 GTE au numéro de châssis 3999 est la seule voiture civile en Italie à bénéficier d'une autorisation spéciale pour circuler sur la voie publique avec sirène, gyrophare et livrée officielle de la police. Girardo & Co. n'en affiche pas le prix. Compte tenu des montants auxquels s'échangent généralement les 250 de collection, cette unique Ferrari de police officielle pourrait valoir plusieurs millions d'euros mais, visiblement, les collectionneurs manquent encore  à l'appel.

A lire aussi :
Les 10 voitures les plus chères vendues par Artcurial

Photo de Maxime K

posté par :
Maxime K

Réagissez