Publié le 29/04/2020 à 18:17

Des circuits demandent à la F1 de payer pour un huis clos

Des circuits demandent à la Formule 1 de financer les courses à un huis clos

Zandvoort et Hockenheim sont prêts à organiser un Grand Prix de F1 à huis clos en 2020, si le championnat apporte des garanties financières.

La F1 souhaite lancer sa saison le 5 juillet, avec des courses à huis clos, puisque les pays européens interdiront les grands rassemblements en raison de la pandémie de coronavirus. Le championnat a intérêt à maintenir des courses, même sans spectateurs. Les contrats des équipes avec leurs sponsors et ceux de la Formule 1 avec les chaînes de télévision sont indexés sur le nombre de courses disputées. L'équation est très différente pour les courses.

Un organisateur de Grand Prix doit payer la F1 pour pouvoir l'accueillir. Il a deux sources principales de financement. D'un coté la billetterie et les frais qui y sont associés, comme la restauration, et de l'autre l'investissement de collectivités locales, dont le but est de profiter des retombées économiques et de l'exposition dans le monde. Avec un huis clos, le modèle ne fonctionne plus, puisque les recettes des spectateurs s'envolent... Le Grand Prix de France a renoncé à un huis clos et la course a été annulée. La question se pose pour les courses européennes.

Du côté de Zandvoort, qui devait accueillir le Grand Prix des Pays-Bas ce dimanche 3 mai, une nouvelle date est possible mais les organisateurs demandent à la Liberty Media, en charge des droits commerciaux de la F1, d'assurer la compensation financière, au moins pour l'organisation de l'épreuve, qui mobilise un personnel important : « On parle de sommes assez importantes, » a déclaré l'ancien pilote Jan Lammers, maintenant directeur de la course de Zandvoort. « Cela dépend de la profondeur des poches de la FOM (Formula One Management). De la façon dont ils peuvent gérer ça dans une période difficile. »

Hockenheim prêt à accueillir à la F1... sous conditions

Le calendrier 2020 sera profondément remanié. Les 10 premières manches de la saison ont été reportées ou annulées et pour celles encore au calendrier, des changements de date sont possibles pour permettre d'enchaîner autant de courses que possible, sur un rythme soutenu, avec trois Grands Prix sur trois week-ends consécutifs, suivis d'un week-end de pause. Afin de faciliter la logistique, la F1 pourrait également se tourner vers des circuits qu'elle ne devait pas visiter cette année. Auto Bild évoque une possible candidature d'Imola, qui a accueilli son dernier Grand Prix en 2006, et de Hockenheim, présent au calendrier en 2019 mais absent de celui initialement prévu pour 2020.

« Nous avons été en contact permanent avec la Formule 1 depuis la dernière course en 2019, donc avant la pandémie de coronavirus, » a expliqué Jorn Teske, le manager d'Hockenheim, à Auto Bild. « Le sujet a été évoqué. Nous allons tous voir comment le calendrier sera réarrangé selon les circonstances. Si la Formule 1 souhaite rouler à Hockenheim cet été, nous sommes prêts à discuter. »

Comme Zandvoort, Hockenheim pose des conditions : « L'élément pré-requis est, évidemment, que toutes les conditions sanitaires et financières soient garanties, » prévient Jorn Teske. Le circuit de Silverstone a de son côté déjà annoncé que la course sera à huis clos... si elle a lieu. Les organisateurs attendent les décisions du gouvernement britannique concernant les mesures sanitaires et ils étudient la viabilité financière d'un tel événement.

Sur le même thème :
- F1 : Ces folles innovations aujourd'hui interdites [photos]
- Les ailerons et les nez les plus bizarres vus en F1 [photos]
- Les pilotes de F1 pendant leur jeunesse ! [photos]
- Les 10 programmes sur la F1 à voir pendant le confinement
- Toutes les infos sur le Grand Prix des Pays-Bas 2020

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez