Publié le 30/04/2020 à 10:27

Bugatti Chiron (2020) : mode d'emploi par son pilote d'essai

VIDEO. Andy Wallace, ex-pilote de course travaillant désormais chez Bugatti, présente les spécificités de la Chiron.

A travers une série de vidéo, Bugatti présente en détails certains aspects de la Chiron par la voix d'Andy Wallace. Le pilote de développement officiel de la marque, qu'il a rejointe en 2011 après plus de trois décennies passées à écumer les circuits avec succès comme pilote de course, s'attarde sur les aspects qui rendent la supercar française si particulière selon lui. Dans la première vidéo, le Britannique passe en revue certaines données de la fiche technique telles que les 1.500ch du moteur W16 8L quadriturbo et ses 1.600Nm de couple disponibles entre 2.000 trs/mn et 6.000 trs/mn.

Mais il dévoile aussi quelques détails moins connus tels que le fonctionnement des turbocompresseurs. A bas régime, seuls deux d'entre eux sont actifs, ce qui permet que l'entraînement de leurs turbines respectives soient rapide malgré leur taille importante. Ce n'est qu'à partir d'un certain régime que les deux autres turbos se déclenchent. Wallace évoque également la rigidité du châssis, similaire à celle d'un prototype LMP1 d'après lui, et les forces qui s'appliquent à la voiture une fois celle-ci lancée à sa vitesse maximale de 420 km/h. A titre d'exemple, un bouchon de valve sur une roue arrière, pesant 2,5g lorsqu'il est inerte, voit alors son poids porté à 7,5kg.

Supercar mais aussi GT

Dans la deuxième vidéo, Andy Wallace rappelle que, tout en proposant des performances hors du commun, la Chiron n'est pas une voiture de course spartiate mais bien une GT cossue. Il rappelle notamment que, à contre-courant de la tendance actuelle, la voiture est dénuée d'écran central ; les informations s'affichent sur les deux petits écrans situés de part et d'autre du tachymètre.

La troisième vidéo est dédiée aux modes de conduite de la supercar. Là encore, le pilote souligne que la plus grande performance offerte par la Chiron est de savoir se montrer polyvalente tout en affolant les chronos. Selon lui, la Chiron se prend en main comme n'importe quelle voiture à vitesse raisonnable. A 180 km/h, elle passe automatiquement en mode "autoroute", ce qui abaisse la voiture et incline légèrement son aileron arrière. Ce mode est par ailleurs sélectionnable manuellement, comme trois autres. Et Andy Wallace d'effectuer quelques dérapages au passage. Une quatrième vidéo est dédiée au "launch control" permettant d'effectuer un départ canon.

420 km/h, tranquillement

Dans les trois modes de conduite disponibles par défaut, la Bugatti Chiron peut atteindre une vitesse de pointe limitée électroniquement à 380 km/h. Mais une clé spéciale, la "Speed Key", permet de porter cette vitesse à 420 km/h. L'insertion de la Speed Key déclenche une procédure de contrôle des différents organes de la voiture, qui ne peut atteindre sa vitesse maximale que si aucun défaut n'est détecté. Andy Wallace fait la démonstration de cette vitesse de pointe dans la cinquième et dernière vidéo de cette série. Selon sa fiche technique officielle, la Chiron passe de 0 à 400 km/h en 32,6s.

Outre la Chiron standard ici à l'image, Andy Wallace a participé au développement des variantes encore plus performantes du coupé, telles la Chiron Super Sport 300+ de 1.600ch avec laquelle il a battu un record de vitesse à 494,484 km/h durant l'été 2019. Presque familier de l'exercice, c'est déjà Wallace qui avait établi un record en 1998 au volant d'une McLaren F1 avec laquelle il avait atteint 391 km/h.

A lire aussi :
McLaren P1 GTR-18 : hommage radical !

Photo de Maxime K

posté par :
Maxime K

Réagissez